Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » Les acteurs du Grenelle de l'environnement secouent le gouvernement

Acteurs du Grenelle inquietsLes représentants des 4 collèges – collectivités territoriales, ONG, employeurs et syndicats – qui ont participé aux côtés de l’Etat au Grenelle de l’environnement, ne voyant rien venir, craignent un enlisement du projet : c’est pourquoi ils ont lancé un appel alarmiste au gouvernement et au Parlement pour mettre en oeuvre la révolution écologique annoncée fin octobre, dans une tribune publiée dans Le Monde daté d’aujourd’hui, et signée par le représentant du Medef, Jean-Pierre Clamadieu, comme par le lobbyste écologique Nicolas Hulot ou l’astrophysicien et président de la ligue ROC Hubert Reeves.

"Ces derniers temps, un sentiment d’enlisement et d’essoufflement de la dynamique s’est fait jour parmi les acteurs du Grenelle." (…) "Des tentations de retour en arrière s’expriment ici et là. Des pressions s’accumulent. Des questions essentielles comme celle des financements ne sont toujours pas abordées".

Ils estiment que "rien de suffisant ne s’est encore traduit en actes" et que "les résultats se font attendre". "Il est urgent de reprendre la main". Ils s’inquiétent d’une possible dilution sous la pression des lobbies des 268 mesures adoptées fin octobre, qui vont des transports à l’isolation des bâtiments, la construction ou l’agriculture bio.

Le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo, a qualifié mercredi la tribune de "piqûre de rappel justifiée et utile" tout en réitérant sa "confiance dans le Parlement". Les signataires "sont inquiets que certains groupes puissent essayer de récupérer d’une main ce qu’ils ont donné de l’autre lors du Grenelle. Je ne le crois pas mais il faut rester vigilant", a-t-il reconnu. "Le document de base est prêt ainsi que certains textes d’application, sur le chantier thermique (bâtiment) et sur les transports et la mobilité durable notamment", a indiqué M. Borloo.

L’avant-projet de loi d’orientation du Grenelle devrait être soumis aux députés avant l’été en première lecture, après examen par le Conseil économique et social et le Conseil d’Etat. Le texte particulièrement touffu comporterait une première partie "programme" et une autre consacrée à sa déclinaison technique, qui devrait comporter environ 130 articles. Le texte devait être transmis mercredi à Patrick Ollier, député UMP et président de la commission mixte parlementaire sur le Grenelle, "pour que les députés puissent commencer à travailler" a-t-il précisé.

Le ministre a également assuré que "l’intégralité du financement est prévu. tout a été arbitré à ce jour de façon conforme."

La loi reprend les grandes lignes du Grenelle mais certains points, comme la "trame verte", sorte de corridor écologique pour faciliter le déplacement des espèces n’y figureront pas. Le bio dans les cantines fera l’objet d’une circulaire actuellement à la signature chez le Premier ministre, selon l’entourage du ministre. Par ailleurs, la législation sur les OGM fait l’objet d’un texte séparé déjà examiné en première lecture par les sénateurs et qui sera soumis aux députés à partir du 1er avril.

Jean-Louis Borloo entend-t-il poursuivre la dynamique du Grenelle de l’Environnement lors de la Semaine du développement durable, du 1er au 7 avril ?

Commentaires fermés