Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » La pollution à l'ozone entraine des décès prématurés

Pollution à l'ozone entraine des décès prématurésUn rapport de l’Académie nationale américaine des sciences, publié mardi, montre que les niveaux actuels de pollution à l’ozone dans l’air, mesurés dans de nombreux endroits aux Etats-Unis, vont probablement entraîner le décès prématuré d’un certain nombre de personnes même si celles-ci ne sont exposées que brièvement.

L’ozone est principalement produite par la réaction des hydrocarbures imbrûlés et des oxydes d’azote des gaz d’échappement des automobiles avec l’oxygène de l’air sous l’influence des rayons du soleil. Elément clé du smog enveloppant souvent les grands centres urbains, l’ozone peut provoquer des problèmes respiratoires sérieux et d’autres effets néfastes pour la santé.

Les auteurs de cette recherche ajoutent que les preuves sont suffisamment solides pour que l’Agence de protection de l’Environnement (EPA) intègre la mortalité résultant de la pollution à l’ozone dans ses analyses de coûts de couverture médicale afin d’établir ses futurs normes d’ozone.

Les conclusions de cette étude contredisent les arguments avancés par certains membres de l’équipe du président George W. Bush qui n’hésitent pas à affirmer que le lien entre ozone et mort prématurée n’a pas été suffisamment étayé, et que le nombre des vies sauvées ne devrait pas être pris en compte dans les bénéfices d’un air pur.

Le comité composé de 13 membres conclut qu’"une exposition de courte durée à l’ozone contribue vraisemblablement à des décès prématurés". Il ajoute que des "études ont prouvé qu’une exposition de courte durée à l’ozone peut aggraver" les problèmes "pulmonaires, causer des maladies", entraîner "des hospitalisations et peut potentiellement conduire à la mort".

Si les décès prématurés dus à une exposition à l’ozone sont plus importants parmi les individus souffrant de maladies cardiaques ou pulmonaires, le rapport observe que de tels décès ne concernent pas uniquement les personnes les plus à risque.

Ce rapport "pourrait avoir d’importantes conséquences" sur l’issue des différends avec la Maison Blanche, estime Vicky Patton du groupe Environmental Defense. Elle souligne que la Maiosn Blanche a cherché à minimiser la relation entre pollution et décès prématurés pour un certain nombre de réglementations en matière de pollution atmosphérique. Résultat : les avantages issus de mesures de réduction de la pollution sur le plan de la santé ont été selon elle sous-évalués. "Cela a été utilisé par l’industrie pour tenter d’attaquer les normes sanitaires en minimisant les bénéfices sociétaux", dénonce-t-elle.

Commentaires fermés