Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » L'ange gardien de l'Amazonie a démissionné

Démission de la Ministre Environnement du BrésilMarina Silva, la ministre de l’Environnement du Brésil, a démissionné, fatiguée des échecs contre le lobby agro-industriel et les membres de son propre gouvernement : "Ma présence au sein du gouvernement n’apportait plus rien".

Depuis 2003 qu’elle occupait ce poste, Greenpeace l’avait surnommée "l’ange gardien de l’écologie", mais son combat pour la défense de l’Amazonie ne plaisait pas aux grands producteurs agricoles qui l’avaient eux surnommée "l’ennemi du développement"…

Elle a tenté de freiner l’avancée de l’agrobusiness qui grignote chaque fois plus de forêt amazonienne, la plus grande forêt tropicale du monde qui renferme 25% des espèces végétales et animales de la planète. Elle a aussi soulevé la colère des entrepreneurs en raison de sa lenteur à céder des autorisations pour la construction de projets d’infrastructure qu’elle jugeait dangereux pour l’environnement et qui demandaient des études d’impact sur l’environnement.

La déforestation et les brûlis sont les principales sources d’émission de dioxyde de carbone (CO2) au Brésil et alimentent le réchauffement climatique. Depuis que Marina Silva occupait ce poste, le Brésil a réduit de 60% les déboisements en Amazonie de 2005 à 2007. Le gouvernement a adopté des sanctions plus sévères contre quiconque ne respectait pas la législation environnementale.

Pour le vice-président du groupe écologiste Conservation internationale, José Maria Cardoso, la sortie de Mme Silva est "un désastre pour le gouvernement", ajoutant que "si le Brésil avait une crédibilité mondiale en matière d’environnement c’était grâce à elle."

Le président de la Fédération d’agriculture et élevage du Mato Grosso (centre-ouest), Rui Prado, a estimé quant à lui que la ministre "avait été une catastrophe pour le développement du Brésil". "Elle a oublié que le principal de l’écologie c’est l’être humain. J’espère que le prochain ministre sera moins radical", a-t-il ajouté.

C’est l’actuel secrétaire à l’Environnement de l’Etat de Rio, l’écologiste Carlos Minc, qui succédera à Mme Silva. Il jouit d’une bonne réputation parmi les écologistes mais il a été critiqué récemment pour ne pas avoir été très scrupuleux lors de l’octroi d’autorisations pour la construction de travaux d’infrastructure à Rio.

Billets relatifs

Commentaires fermés