Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » Les hommes d'Obama contre le changement climatique

John HoldrenLe président américain Barack Obama a révélé, hier, les noms de ses conseillers pour la science et la technologie, qui vont faire de la lutte contre le changement climatique une de leurs priorités : à la tête de cette équipe, John Holdren, 64 ans, professeur de sciences de l’environnement à l’Université d’Harvard, dont les travaux portent sur les dangers que présentent les armes nucléaires, devient directeur du bureau de la Maison Blanche chargé de la science et la technologie et co-président du comité des conseillers scientifiques de M. Obama.

Membre de l’académie nationale des sciences et directeur du prestigieux Woods Hole Research Center, John Holdren a été en 2006 le président de l’Association américaine pour la promotion de la science (AAAS). Il a aussi été l’un des conseillers scientifiques de l’ancien président Bill Clinton.

La science et la recherche, en péril durant les années de George W. Bush, vont reprendre une importance. Barack Obama a déclaré : "Il est temps que nous redonnions à la science une place prioritaire et d’oeuvrer pour restaurer le rôle dominant de l’Amérique dans les sciences et les technologies. Aujourd’hui plus que jamais, la science détient la clé de notre survie en tant que planète et de notre sécurité et de notre prospérite en tant que nation".

Dans cette équipe, figure aussi Jane Lubchenco, 61 ans, une biologiste marine de l’Université d’Etat d’Oregon, qui dirigera l’Administration des océans et de l’atmosphère (NOAA), qui est notamment responsable de suivre l’évolution climatique planétaire et de faire des prévisions sur les tempêtes et ouragans. Steven Chu, le physicien co-lauréat du prix Nobel de physique, devient ministre de l’énergie.

Les Dr Eric Lander et Harold Varmus deviennent co-présidents du comité des conseillers scientifiques de la Maison Blanche avec M. Holdren. Le Dr Lander est le fondateur et directeur du Broad Institute qui a joué un rôle clé dans le projet de séquençage du génome humain achevé en 2003. Cette avancée est cruciale pour la compréhension des mécanismes moléculaires des maladies humaines comme le cancer. Le Dr Varmus, co-lauréat du Nobel de médecine en 1989 pour ses travaux sur la génétique du cancer, dirige le Centre Memorial Sloan-Kettering sur le cancer à New York.

C’est prometteur !

Commentaires fermés