Accueil    |    Contact

Accueil » Environnement » 300.000 morts par an à cause du réchauffement climatique

Forum Humanitaire MondialLe Forum humanitaire mondial, présidé par l’ex-secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, sort un rapport aujourd’hui selon lequel le réchauffement climatique serait directement responsable de 300.000 morts par an et coûterait 125 milliards de dollars (90 milliards d’euros) à l’économie mondiale.

Bien sûr, ce sont les 325 millions de personnes les plus pauvres de la planète qui sont les plus affectées : Bangladesh, régulièrement frappé par les inondations et les cyclones, l’Ouganda, victime de la sécheresse, ou bien encore certaines îles des Caraïbes et du Pacifique, menacées de disparition à cause de l’élévation du niveau de la mer.

Les cinquante pays les moins avancés contribuent à moins d’1% des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2), selon l’étude. Kofi Annan en profite donc pour montrer l’urgence d’un "accord post-Kyoto courageux pour protéger le monde", prévenant qu’en cas d’échec, il existait un risque de "famine de masse, migration de masse, maladies de masse et morts en masse". Le réchauffement climatique est "la plus grande crise humanitaire en puissance de notre temps", selon lui.

Pour l’avenir, le rapport prévoit un million de morts par an à l’horizon 2030 à cause du réchauffement climatique, pour un coût de 300 milliards de dollars. Et on parle de l’entrée de Claude Allègre au gouvernement !…

3 Commentaires

  1. Dougs Mulenda dit :

    je suis très interressé à tout ce qui est environnement parce que je vis dans un pays qui regorge une forét parmi la plus dense du monde: la République Démocratique du Congo.Avec le changement climatique et ses effets collateraux, je voudrai bien savoir l’avenir de mon pays par rapport à tous ces effets, sachant que le pays est traversé par la ligne de l’Equateur.

  2. jipebe29 dit :

    Il ne faudrait quand même pas exagérer et tout mettre sur le dos du réchauffement climatique. En effet, depuis 1999, la température moyenne globale est stable et les événements dont parle l’ONU sont des événements météorologiques, certes souvent dramatiques, mais qui se sont produits depuis plusieurs millénaires. En outre, les niveaux océaniques tendent à se stabiliser. Le Bengladesh s’enfonce dans le manteau, à cause du poids croissant des alluvions et cela n’a rien à voir avec une supposée montée des niveaux marins. Les réfugiés climatiques sont souvent issus de pays dictatoriaux, ou en guerre, ou en proie à la famine par suite d’une mauvaise gertion des ressources. Je voudrais bien avoir le détail des chiffres de l’ONU, car un total globalisé ne veut rien dire du tout….

  3. jipebe29 dit :

    J’ajoute que nos îles basses, mais stables, les Glénans, se portent fort bien et personne ne s’en inquiète en Bretagne. Si les niveaux montaient comme le prétend l’article, soyez assurés que vous entendriez la voix des Bretons…