Accueil    |    Contact

Accueil » Environnement » Copenhague : tout ça pour ça…

Les vingt-sept chefs d’Etat ou de gouvernement viennent de se mettre d’accord sur un "Accord de Copenhague", dont le statut juridique n’est pas clair, car il n’est pas signé donc n’est pas un traité. Tout ça pour 3 pages loin d’être à la hauteur des attentes que la conférence avait soulevées.

Le texte affirme la nécessité de limiter le réchauffement planétaire à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle, mais ne comporte aucun engagement chiffré de réduction des émissions de gaz à effet de serre, se contentant de prôner la "coopération" pour atteindre un pic des émissions "aussi tôt que possible". Le "but de mobiliser 100 milliards de dollars par an en 2020" y figure mais sans aucune obligation. La prorogation du protocole de Kyoto au-delà de 2012 n’est pas prévue.

Les Etats-Unis et les grands pays émergents n’ont aucune contrainte forte. Heureusement, l’accord prévoit un financement à brève échéance de 30 milliards de dollars (21milliards d’euros) pour aider les pays pauvres et valide le mécanisme de lutte contre la déforestation REDD-Plus (pour Reducing Emissions from Deforestation and Degradation). Le texte prévoit que les pays communiqueront "tous les deux ans" les actions de réduction des émissions qu’ils entreprennent, ce qui va vers une participation à un régime général de réduction des émissions, mais cela reste volontaire et sans contrôle…

Le texte abandonne la philosophie du protocole de Kyoto, qui posait une contrainte de réduction des émissions de gaz à effet de serre à ses participants. La Chine et les Etats-Unis ont négocié jusqu’au bout, ce qui a mis de côté l’Union européenne.

Finalement, la conférence des Nations unies "prend note" de l’accord de Copenhague, mais ne l’entérine pas : les pays favorables et les pays opposés seront listés en annexe de l’accord. Selon Alden Meyer, directeur de l’Union of concerned scientists cité par l’AFP, le fait de "prendre note" "donne un statut légal suffisant pour rendre l’accord opérationnel sans avoir besoin de l’approbation des parties". Quelle absurdité !

Billets relatifs

1 Commentaire

  1. Jeux de moto dit :

    Une bien lourde déception alors qu’on en attendait tellement de ce sommet. Malgré toute sa bonne volonté, supersarko n’a rien pu faire. Il faut dire que les pays émergents tel que la chine ont pourri le sommet. D’un coté, on ne peut le leur reprocher : Les occidentaux sont responsables du désastre écologique actuel et on leur demande d’en payer les frais. Mais ces derniers préfèrent rattraper leur retard … Au final, l’utopie se termine sur un accord de vitrine. AU moins cet échec fera date, et on espère qu’à l’avenir on se souviendra de ce "désastre" comme expérience.