Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » L'appel de 400 scientifiques contre Claude Allègre

Appel des scientifiques contre AllègreDepuis la parution de "L’imposture climatique" de Claude Allègre, qui bénéficie d’une large exposition médiatique (télés, radios, journaux), les climatologues ont refusé de se taire : cette fois ci, ils n’ont pu laisser passer les mensonges d’Allègre aux citoyens, qui usurpe une position d’expert alors qu’il est incompétent et de mauvaise foi… Déjà plus de 400 scientifiques ont donc signé cette lettre ouverte :

Mme la Ministre de la Recherche,
M. le Directeur de la Recherche,
M. le Président de l’Académie des Sciences Mmes et MM. les Directeurs des acteurs de la recherche publique regroupés au sein de l’Alliance thématique AllEnvi (BRGM, CEA, CEMAGREF, CIRAD, CNRS, CPU, IFREMER, INRA, IRD, LCPC, Météo France, MNHN) M. le Président de l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur M. le Président du Comité d’Éthique du CNRS.

Nous, scientifiques du climat, attachés au devoir de rigueur scientifique, interpellons les structures référentes de la recherche scientifique française, face aux accusations mensongères lancées à l’encontre de notre communauté.

Un pacte moral relie les scientifiques et la société. Rémunérés principalement par les crédits publics, les scientifiques doivent déployer une rigueur maximale, pour la conception, la réalisation, la publication de leurs travaux. Leurs pairs sont les arbitres de cette rigueur, à travers les processus critiques de relecture, de vérification, de publication des résultats. Les hautes instances scientifiques sont les garants de cette rigueur. C’est sur cette éthique scientifique que repose la confiance que la société peut accorder à ses chercheurs (cf. image de la démonstration par Grudd du trucage de son graphique par Claude Allègre).

Reconnaître ses erreurs fait également partie de l’éthique scientifique. Lorsqu’on identifie, après la publication d’un texte, des erreurs qui ont échappé aux processus de relecture, il est d’usage de les reconnaître, et de les corriger, en publiant un correctif. Ainsi, des glaciologues ont mis en évidence une erreur dans le tome 2 du 4ème rapport du Groupe d’expert intergouvernemental sur Page 1/17 l’évolution du climat («Impacts, Adaptation et Vulnérabilité, chapitre 10 : Asie») concernant le devenir des glaciers de l’Himalaya. En l’absence de procédure formelle d’«erratum», le GIEC a publié son «mea culpa» ( , reconnaissant l’erreur, et soulignant que les processus de relecture du rapport n’avaient pas fonctionné pour ce paragraphe. En cela, le GIEC a respecté la déontologie scientifique.

Depuis plusieurs mois, des scientifiques reconnus dans leurs domaines respectifs dénigrent les sciences du climat et l’organisation de l’expertise internationale, criant à l’imposture scientifique – comme le fait Claude Allègre (photo) dans L’Imposture climatique ou la fausse écologie (Plon, 2010), pointant les prétendues «erreurs du GIEC», comme le fait Vincent Courtillot dans Nouveau voyage au centre de la Terre (Odile Jacob, 2009) et dans des séminaires académiques. Ces accusations ou affirmations péremptoires ne passent pas par le filtre standard des publications scientifiques. Ces documents, publiés sous couvert d’expertise scientifique, ne sont pas relus par les pairs, et échappent de ce fait aux vertus du débat contradictoire.

Ces ouvrages n’auraient pu être publiés si on leur avait simplement demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel. De nombreuses erreurs de forme, de citations, de données, de graphiques ont été identifiées. Plus grave, à ces erreurs de forme s’ajoutent des erreurs de fond majeures sur la description du fonctionnement du système climatique. Leurs auteurs oublient les principes de base de l’éthique scientifique, rompant le pacte moral qui lie chaque scientifique avec la société. Ces attaques mettent en cause la qualité et la solidité de nos travaux de recherche, de nos observations, études de processus, outils de modélisation, qui contribuent à une expertise nécessairement internationale.

Vous constituez les structures référentes de la recherche scientifique française. Les accusations publiques sur l’intégrité des scientifiques du climat sortent des cadres déontologiques et scientifiques au sein desquels nous souhaitons demeurer. Nous pensons que ces accusations demandent une réaction de votre part, et l’expression publique de votre confiance vis-à-vis de notre intégrité et du sérieux de nos travaux. Au vu des défis scientifiques posés par le changement climatique, nous sommes demandeurs d’un vrai débat scientifique serein et approfondi.

4 Commentaires

  1. Jean-Paul Gerard Chauffeteau dit :

    Lettre ouverte à Messieurs les Grands Scientifiques du climat

    -Vous qui semblez detenir la seule verite
    -Vous qui jetez l’anatheme sur notre pauvre petit monde qu’est notre TERRE
    -Vous qui sembleriez presque nous faire croire que notre planete est le centre de l’univers et l’ Homme sa creature Divine Maitresse.
    -Vous qui me rappelez l’obscurantisme du XVI e et XVII e siecle
    -Vous qui me rappelez ces pauvres esprit defendant le Geocentrisme
    -Vous qui semblez oublier les luttes à denoncer un certain aristotelisme

    Avez vous si peu de memoire ?…

    -Votre pamphlet ci-dessus sent le souffre, et ressemble fort à la meme demarche detractrice que celle lancee à l’egard de COPERNIC et GALILEE en son temps par Les Sommites scientifiques de l’epoque…

    -Votre Institution comme à cette epoque , est ebranlee par les propos d’un autre Scientifique et vous voilà presque devenu inutile…Pensez donc, comment peut on mettre en doute vos conclusions alors que vous etes "…Rémunérés principalement par les crédits publics…" dites vous..

    -Vous demandez des excuses publiques, comme en son temps l’on demandait "l’abjuration" , il y manque plus que le Saint-Office et le bucher…

    -Vous dites, "Reconnaître ses erreurs fait également partie de l’éthique scientifique"… Moi, en ma qualite de simple citoyen contribuable , je vous renvoie la balle Messieurs les Grands de l’Institution du Climat.

    Enfin, que faites vous des recherches et des rapports de vos autres collegues eux aussi "scientifiques" ?………..
    vendredi, 2 avril 2010 à 22:10
    Rediffusions :
    03.04.2010 à 10:40
    Le secret des nuages
    (Danemark, 2007, 52mn)
    ARTE F
    Réalisateur: Lars Oxfeldt Mortensen

    La responsabilité de l’homme dans le réchauffement de notre planète est peut etre une cause. Cependant, plusieurs études scientifiques démontrent que les raisons de cette évolution climatique sont beaucoup plus larges.

    "Si personne, aujourd’hui, ne met en cause le rôle que joue l’effet de serre sur l’évolution climatique, de plus en plus de voix scientifiques proposent de le mettre en relation avec les mécanismes naturels qui se produisent à grande échelle, dans le temps et l’espace. Géologues, astronomes et paléo-climatologues observent l’évolution climatique dans un contexte large de 500 millions d’années : d’après eux, le réchauffement doit être étudié en fonction de rapports complexes entre différents phénomènes. Le documentaire rend compte de ces recherches sur le réchauffement. Il présente les travaux d’un physicien danois, Henrik Svensmark, qui a mis en corrélation l’activité magnétique du soleil, les rayons cosmiques et les formations de la couche nuageuse, régulatrice des températures terrestres."

    J’ai bien l’honneur de vous saluer Messieurs les faux Prophetes …

    JPGC

  2. Nath dit :

    Attention, la pertinence de cette théorie est très discutable et la manière dont ce documentaire la relaie et la contextualise, sans distance aucune, pose un problème. Le réalisateur suggère que ceux qui s’opposent à ses conclusions – c’est-à-dire l’immense majorité des climatologues – sont des idéologues. Des doctrinaires, moins disposés à discuter le fond de ses travaux qu’à les écarter d’emblée, parce que leur médiatisation pourrait nous inciter, nous autres, ­citoyens, à relâcher nos ­efforts en matière d’émissions de CO2.

    Sur un sujet aussi brûlant, il est curieux que la chaîne ne laisse pas la contradiction s’exprimer librement. Au moins aurait-il fallu qu’un débat soit programmé dans la foulée.

  3. Gaius Baltar dit :

    Comparer Allègre à Copernic (ou Galilée) est complètement déplacé.
    Nous avons d’un côté l’un des pères de la science qui bouscule les croyances des chrétiens de l’époque en découvrant que La Terre n’est pas au centre de l’Univers.
    De l’autre, nous avons un ancien scientifique qui n’est pas du tout spécialiste de climatologie, qui ment et triche (en bafouant la déontologie scientifique) et qui se permet de remettre en question le travail de plusieurs centaines de spécialistes, qui sont en concurrence perpétuelle les uns envers les autres.

    Il serait bon de comprendre quelles sont les motivations profondes de ce tricheur d’Allègre…

  4. Magasin Bio Grine dit :

    Comment ignorer le réchauffement alors qu’il saute aux yeux à n’importe qui sait regarder le monde qui nous entoure …