Accueil    |    Contact

Accueil » Environnement » The Age of the Stupid diffusé sur Planète le 16 février 2011 à 20 h 40

The Age of the Stupid, le documentaire événement de Franny Armstrong, sorti en salles dans 5 villes françaises en 2009, sera diffusé pour la première fois à la télévision, mercredi 16 février 2011 à 20 h 40 sur Planète, dans l’émission "D’ici demain" présentée chaque semaine par Caroline Roux.

La diffusion sera suivie d’un débat sur le thème : Réchauffement climatique, le monde court-il à sa perte ? Autour de Caroline Roux, quatre experts avec une perception des enjeux et une vision prospective différentes : Philippe Manière (économiste, dirige un cabinet de consultants, Footprint), Clémentine Autain (féministe, femme politique, fut conseillère à la mairie de Paris, apparentée PCF, chargée de la jeunesse, de 2001 à 2008, enseigne à Sciences-po l’histoire des féminismes et dirige le mensuel post-capitaliste "Regards"), Christophe Aguiton (chercheur en sciences sociales et membre du Conseil scientifique d’ATTAC, milite contre les inégalités liées au réchauffement climatique) et Guillaume Erner (sociologue, anime "Souriez, vous êtes informés", tous les matins sur France Inter).

Nous sommes en 2055, dans un monde dévasté, ravagé par les effets du réchauffement climatique. L’acteur Pete Postlethwaite incarne un des rares survivants, un archiviste. Dans sa tour, il revient sur les rapports et reportages qui alertaient de la situation vers laquelle le monde courrait irrémédiablement, si nous ne changions pas nos façons de produire, de consommer et de vivre. Lui vient alors cette remarque : "Pourquoi ne pas avoir agi quand il en était encore temps ?" Nous suivons six histoires, six êtres humains, témoins d’un monde aveugle, à l’agonie. Ces six histoires décrivent l’absurdité et l’injustice d’un monde qui s’obstine à ne pas voir sa perte prochaine. Aux Etats-Unis, à la Nouvelle-Orléans, Alvin DuVernay raconte les ravages de l’ouragan Katrina, événement considéré en 2055 comme le premier grand signal du réchauffement climatique. En Inde, à Mumbai, Jeh Wadia monte une compagnie aérienne low cost pour rendre l’avion accessible à tous les indiens. Layefa Malemi, vit dans une grande pauvreté au coeur d’un petit village du Nigeria dont Shell extrait, pour des millions de dollars, le pétrole chaque semaine. Jamila, huit ans, est irakienne et a fui son pays pour se réfugier avec sa mère et son frère en Jordanie. Piers Guy se bat pour installer des éoliennes en Cornouailles et Fernand Pareau, guide français de haute montagne de 82 ans, voit les glaciers alpins reculer sans cesse.

Le financement de ce film s’est fait selon le modèle du crowd-funding qui consiste à fédérer une communauté de particuliers pour financer le film : 223 personnes ont donné entre 30 et 15.000 livres pour un total de 500.000 livres. Le film a été lancé en Angleterre, le 15 mars 2009 sous un chapiteau fonctionnant à l’énergie solaire, en présence du secrétaire d’Etat à l’Energie et au Réchauffement climatique, Ed Miliband et de nombreuses personnalités, tous venus en moyens de transports verts et innovants, sans pétrole. Le film fut projeté sous le chapiteau et retransmis simultanément dans 61 cinémas en Angleterre. Soit 1% de l’émission d’une avant-première classique. Le film a été lancé de la même façon en Australie, Nouvelle Zélande et aux Etats-Unis, à New York, en présence de Kofi Annan et de Ed Miliband, tous arrivés par bateaux, vélos ou voitures électriques.

Billets relatifs

Commentaires fermés