Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » Présentation du Plan national d'adaptation au changement climatique

Plan d'adaptation changement climatiqueCe sont 230 mesures concernant une vingtaine de secteurs que la ministre de l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a présenté, mercredi 20 juillet 2011 : il s’agit du plan national d’adaptation au changement climatique qui doit permettre à la France d’anticiper les effets inéluctables de la modification du climat, avec une révision tous les 5 ans pour coller au plus près de la réalité. Son coût est estimé à 170 millions d’euros.

Les recommandations du Plan sont relatives à l’agriculture, la gestion de l’eau et des forêts, les transports, la prévention des catastrophes comme les inondations, ou encore l’adaptation du tourisme à la nouvelle donne climatique inspirées du rapport de l’Office national des effets du changement climatique publié en mars dernier. L’exercice se fonde sur des scénarios établis par Météo France et l’Institut Pierre-Simon Laplace, lesquels tablent sur une hausse des températures allant de 2 à 3,5 °C d’ici à la fin du XXIe siècle avec notamment un rallongement des périodes de sécheresse estivales et des températures plus élevées que celles connues jusqu’ici.

Pour le seul exemple de l’eau, le plan reprend l’idée d’une réduction de la consommation de 20 % d’ici à 2020, par des aides pour récupérer l’eau de pluie, réutiliser les eaux usées traitées, améliorer les performance des tours réfrigérantes des centrales nucléaires ou encore mieux détecter les fuites sur les réseaux d’approvisionnement en eau potable. Ces dernières sont actuellement responsables de 25 % des pertes.

Côté santé, les hausses de températures vont favoriser le développement d’insectes (provoquant dengue, chikungunya…), de micro-organismes producteurs de toxines et de pollens allergisants. La création d’un groupe de veille santé-climat devra alerter les pouvoirs publics sur les situations critiques.

En matière de réseaux et d’infrastructure, la canicule de 2003 avait provoqué des déformations de rails, le plan propose donc l’adaptation des infrastructures de transports au réchauffement et aux inondations, avec notamment de nouvelles normes pour le revêtement des routes afin qu’il puisse résister à des chaleurs intenses.

En ce qui concerne la forêt française, le Plan propose de diversifier les espèces, en développant notamment des espèces plus résistantes aux sécheresses. Par exemple, le hêtre est une des espèces les pus fragiles qui va demander une grande attention.

Billets relatifs

Commentaires fermés