Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Alimentation Bio » Menus de réveillon écolos !

Comme en 2010, France Nature Environnement propose 3 menus écolos, gastronomiques, économiques « anti-gaspillage » et régionaux pour démontrer qu’il est possible de préserver l’environnement sans le faire au détriment du patrimoine gastronomique de nos régions. Il y a bien des façons d’être écolo et de se faire plaisir ! Chaque menu proposé par FNE est accompagné de recettes pour cuisiner les restes car on prévoit souvent trop. Alors autant anticiper pour éviter le gaspillage alimentaire, qui est une aberration économique et écologique.

Le menu « traditionnel » ressemble par exemple à cela : Aspic d’asperges et sa purée de châtaignes – Foie gras, saumon fumé, huitres (accompagné de pouilly fumé) – Chapon farci sur son lit de haricots verts et pommes dauphines (vin rouge du Chili) – Charlotte aux fraises (Champagne). Et ce n’est pas du tout écolo !…

Le chapon est un poulet mâle qui a été castré. Il peut bénéficier d’un label (label rouge) qui garantit un accès extérieur de 4 m²/animal. L’engraissement final a lieu à l’intérieur du bâtiment les deux dernières semaines avec une densité maximum de 6 poulet/m² (soit environ 40 cm x 40 cm). Le délai d’abattage est de 150 jours. L’alimentation est standardisée (granulés) à base de céréales.
Le haricot vert est un légume d’été qu’il est absurde d’importer d’Afrique du Sud à Noël ! Tout comme les asperges qui sont à contre saison et donc importées ou issues de conserves. Les conserves peuvent d’ailleurs contenir du BPA, le fameux bisphénol A, un perturbateur endocrinien qu’on retrouve ensuite dans les aliments.
Les fraises marocaines sont réputées pour leur très forte teneur en pesticides. Quant aux fraises françaises de Noël, principalement produites en Bretagne, elles ont consommé pratiquement l’équivalent d’1 kg de pétrole par kilo de fraises (chauffage des serres, éclairement, engrais liquides…)
Le champagne est un vin particulièrement riche en pesticides et agents de vinification. Le nombre de traitements (insecticides, herbicides et surtout fongicides) oscille entre 20 et 30 selon les années. D’une façon générale, toute la viticulture française (sauf la production de vin issu de raisin bio) dépend d’une vingtaine de traitements annuel auxquels s’ajoutent les adjuvants de la vinification industrielle (sulfites, levures…).
Le saumon d’élevage est produit dans de grandes fermes aquacoles présentant des problèmes de pollution locale des eaux du fait de la sur-concentration des saumons (pollution par les fèces…). Il ne faut pas oublier la pêche intensive et indistincte, nécessaire à la production de farine de poisson utilisée dans l’alimentation des saumons. Par ailleurs, le saumon, comme les autres poissons gras, peut contenir des traces de PCB, produits toxiques qui s’accumulent tout au long de la chaîne alimentaire.
Depuis 2000, les huîtres triploïdes sont commercialisées en France. Mise au point par l’Institut public français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer). Cette huître possède des triplets de chromosomes (soit 30 chromosomes au total) au lieu des paires de chromosomes des huîtres « normales ». Il ne s’agit pas juridiquement parlant d’un OGM mais certains enjeux sont proches : dépendance des ostréiculteurs vis-à-vis des écloseries puisque les huîtres triploïdes sont stériles, risques sanitaires et environnementaux insuffisamment étudiés. Les huîtres triploïdes représentent environ 30% des huîtres vendues en France et ne sont soumises à aucun étiquetage spécifique. Il vaut donc mieux choisir des huîtres labellisées et questionner son poissonnier.

Par ailleurs, en consommant des fruits et légumes de saison, les émissions de gaz à effet de serre sont moindres car ils nécessitent beaucoup moins d’énergie, notamment pour le chauffage des serres. Cuisiner des produits locaux et de saison, c’est aussi limiter les emballages…

Voici donc le menu de réveillon écolo pour l’Ile de France :
Champagne bio accompagné d’huîtres fines de Claire verte Label Rouge de Normandie – Salade de cresson, pommes et noix aux oeufs pochés – Gigot d’agneau de prés salés AOC et purées de carottes, panais et potimarron (vin d’Anjou bio) – Plateau de fromages régionaux : Camenbert de Normandie, Livarot, Pont l’évèque, Brie de Meaux – Bûche croustillante aux poires et au chocolat

Le menu de réveillon écolo en Midi-Pyrénées :
Blanquette de Limoux Bio. Foie gras à l’armagnac aux figues sèches sur lit de pain d’épices (bio si possible) – Pintade aux pommes, « mie de pain et champignons » (duxelle) accompagnée d’une purée de carottes, panais et potimarrons (bio) et de mescluns aux herbes (vins locaux suivants : Cahors, Fronton, Gaillac Bio) – Plateau de fromages régionaux bio – Charlotte aux poires et chocolat

Le menu de réveillon écolo en Alsace :
Crémant d’Alsace bio – Salade de choucroute au carvi sur lit de mâche. Foies de volailles bios grillés et glacés au vinaigre de framboise – Palette de porc fumée au four, accompagnée d’un duo de purée (brocolis, potimarron) de spaetzles faits maison (vin bio d’alsace) – Plateau de fromages régionaux – Fines tranches de Berewecke et crème anglaise

Racontez-nous votre menu de réveillon écolo régional !

1 Commentaire

  1. Effet de serre dit :

    Tout cela me donne l’eau à la bouche