Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Archives » Saint Valentin : des fleurs poussées aux pesticides

Personne n’y pense forcément quand il achète des fleurs, mais celles-ci ont forcément poussé en utilisant des pesticides à haute dose… Un fléau de plus pour l’environnement. D’ailleurs on ne trouve jamais de fleurs bio ou issues du commerce équitable…A lire, sur un blog de Libération, un article de Denis Delbecq :

OK, c’est la Saint Valentin. Et alors, savez-vous ce que signifie cette industrie de la fleur coupée? En Colombie, numéro deux mondial de ce juteux business derrière les Pays-Bas, on déverserait 97 kilos de pesticides par hectare chaque année. Plus du tiers des produits utilisés là-bas sont considérés comme très toxiques par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Les ouvrières, dont beaucoup de mères célibataires, sont contraintes de bosser dans un environnement clos, sous serre, après le passage des disperseurs de produits. Là-bas, les normes de protection des travailleurs sont inexistantes?

On avait couvert le sujet dans la page «Terre», en 2004. Notre envoyé spécial en Equateur, nouvel eldorado floral, y racontait les problèmes neurologiques, les fausses couches, etc. chez les ouvriers et surtout les ouvrières, surtout ceux chargés de la coupe: les normes aux Etats-Unis et en Europe sont -à juste titre- draconiennes et ne souffrent pas la moindre présence d’insecte qui pourrait coloniser d’autres continents. Le coup de sécateur est précédé d’une véritable douche de pesticides? Alors pour cette Saint Valentin, mollo sur la fleur?

Voir le blog Effets de Terre.

Commentaires fermés