Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Archives » Une journée d'action contre les autoroutes

Samedi 16 septembre 2006, les défenseurs de l’environnement ont organisé un rassemblement national à Valence, avec pour mot d’ordre : « Le climat change, changeons de transports. »

La contradiction est là : comment peut-on investir dans de nouvelles infrastructures autoroutières en maintenant l?engagement de diviser par quatre, d’ici à 2050, les émissions de gaz à effet de serre (GES).
Les transports sont le premier émetteur de gaz à effet de serre. Le 10 juin, un appel pour un moratoire sur les projets autoroutiers avait été lancé, à l’initiative d’une association locale. Il rassemble aujourd’hui des dizaines d’associations régionales et nationales. Les reproches traditionnels faits aux autoroutes sont toujours cités – impact sur le paysage, destruction de l’environnement traversé, pollution locale -, mais ils font désormais partie d’un argumentaire où la lutte contre le réchauffement climatique tient la première place.Selon les défenseurs des autoroutes, la construction de nouvelles autoroutes permet de réduire la saturation des axes anciens en opérant un transfert interne au secteur autoroutier, la fluidité du trafic limiterait les embouteillages qui génèrent de la pollution, les autoroutes s’intégreraient de mieux en mieux aux paysages, l’autoroute est aussi l’espace de circulation le plus sûr, les nouveaux tronçons prévus permettront de parfaire le maillage du territoire, de faciliter les échanges, et de désenclaver certaines régions.

Le seul moyen d’obtenir une baisse du trafic routier serait de le reporter vers d’autres modes de transport, tels que le ferroviaire, mais ceux-ci doivent être fiables et compétitifs. Le problème est, précisément, que pour les marchandises, l’offre est loin d’être concurrentielle.
L’augmentation prévisible du coût des carburants pourrait néanmoins bouleverser la donne. Pour la première fois depuis le premier choc pétrolier de 1974, la circulation automobile, en France, a baissé en 2005 (- 1,4 %). Les écologistes y voient un argument de plus en leur faveur.

Billets relatifs

Commentaires fermés