Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Archives » Moratoire sur les OGM : aucun des avis donnés par la CGB n'est valide !

La Commission du Génie Biomoléculaire (CGB) refuse de prendre en compte l’étude de Greenpeace, qui remet en cause l’autorisation accordée pour la culture du maïs transgénique MON 810, au prétexte que les protocoles de prélèvements, de conservation et de transport des échantillons analysés seraient déficients. Or, aucun des dossiers présentés par l’industrie, et sur lesquels la CGB s’est appuyée pour rendre des avis favorables à la dissémination des OGM, n’a amené la preuve qu’il respectait des protocoles plus rigoureux. La CGB reconnait donc que les autorisations de culture qu’elle a délivrées jusqu’à ce jour n’ont pas respecté la procédure qu’elle exige aujourd’hui de Greenpeace !

Par ailleurs, la CGB ne dit rien des autres études sur lesquelles se sont appuyées l’Allemagne, la Hongrie, la Grèce et l’Autriche pour suspendre l’autorisation de culture du MON 810, ni de l’absence totale d’évaluation de l’impact de la consommation de son pollen par les jeunes abeilles ou par l’homme.

Le Ministre de l’Environnement ne peut plus se cacher derrière les jeux de mots du Président de la CGB, qui n’a jamais dit que ce maïs ne présente aucun danger pour la santé et l’environnement, mais seulement que les études qui lui ont été présentées ne lui permettent pas d’affirmer que ce danger existe.

Devant des preuves aussi manifestes de l’absence d’évaluation du MON 810, le Ministre d’Etat Alain Juppé doit immédiatement exiger la suspension de l’autorisation de culture accordée au maïs MON 810 et l’arrachage des champs déjà implantés avant leur floraison début juillet.

Contact :
Nature et Progrès
Guy Kastler, chargé de mission
06 03 94 57 21

Commentaires fermés