Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Archives » Une action visant à dénoncer les semis de maïs OGM, dans le Puy-de-Dôme

L’association BIO 63 a mené une action symbolique en semant hier matin du maïs bio sur une parcelle située à Aulnat, à 900 mètres du champ de maïs OGM de la société Biogemma : ils voulaient ainsi montrer leur opposition aux essais et cultures de maïs transgénique sur la commune de Malintrat (Puy-de-Dôme), en banlieue de Clermont-Ferrand.La société Biogemma, filiale de Limagrain, avait été autorisée, le 15 mars dernier, à ensemencer deux sites d’une surface maximale de 1.500m2 de maïs génétiquement modifié pour la précocité de la floraison et ce pour deux campagnes, 2007 et 2008. Les autorités avaient aussi autorisé des expériences portant sur l’amélioration des performances de maïs OGM en condition de stress hydrique, sur dix sites maximum, sur une surface maximale de 5.000m2, et ce pour quatre campagnes (2007 à 2010).

Emmanuel Renard, le Président de BIO 63 dénonce « l’absence d’encadrement sérieux » des essais et cultures de plantes génétiquement modifiées (PGM) : le maïs OGM, n’ayant pas une vocation commerciale, devrait être castré et ne devrait pas présenter de risque de pollinisation des cultures voisines.

Selon BIO 63, le moratoire sur le maïs MON810 proposé par le ministre de l’Ecologie Alain Juppé, « est un coup de bluff. Ce moratoire devrait proposer un arrachage sur les cultures en cours, avec indemnisation des agriculteurs propriétaires des champs transgéniques. Et puis il reste encore tous les champs d’essai d’OGM qui bénéficient d’une autorisation pluriannuelle et dont personne ne connaît l’implantation ».

Billets relatifs

Commentaires fermés