Accueil    |    Contact

Accueil » Agriculture Biologique » Projet de loi sur les OGM adopté par le Conseil des Ministres

OGM j'en veux pasLe conseil des ministres a adopté mercredi le projet de loi sur les OGM. Il prévoit de créer une Haute autorité spécialisée et de rendre les agriculteurs responsables d’une éventuelle propagation de leurs cultures génétiquement modifiées, ce qui est loin d’être suffisant pour les associations anti-OGM, qui estiment que le gouvernement n’est pas allé aussi loin qu’il l’avait promis lors du Grenelle de l’environnement.

Le projet de loi propose de renforcer la législation en vigueur autour des organismes génétiquement modifiés, avec pour maîtres-mot "transparence, précaution, prévention, information, responsabilité et libre choix de consommer et de produire avec ou sans OGM".

Il prévoit aussi la création d’une Haute autorité spécialisée, qui aurait le rôle d’émettre des avis sur toutes les questions relatives aux organismes génétiquement modifiés.

Le texte devrait contraindre les agriculteurs OGM à "souscrire une garantie financière afin de pouvoir réparer le préjudice économique éventuel lié à la présence accidentelle (d’OGM) dans les produits d’une autre exploitation, et ce même en l’absence de faute". Quant au public, il pourra se tenir informé des cultures OGM grâce à un "registre national public et accessible indiquant notamment la nature et la localisation à l’échelle de la parcelle".

Et le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez d’annoncer : "Vous avez là la première application législative du Grenelle de l’environnement" !

Le gouvernement se moque du monde, et particulièrement de tous les participants au Grenelle de l’Environnement, car il n’a finalement pas décidé d’interdire complètement les OGM. Une nouvelle loi devrait voir le jour au printemps prochain : si elle est aussi vide que celle-ci, c’est mal barré…

1 Commentaire

  1. Richard dit :

    Sous son côté "regardez comme je suis jeune et cool", Laurent Wauquiez est l’une des plus belles têtes à claques du gouvernement. Et d’une stupidité difficilement égalable.