Accueil    |    Contact

Accueil » Agriculture Biologique » Contradiction entre l'interdiction du Maïs mon 810 et le Sénat pro-OGM

Le Sénat mise sur les OGMHier, le Sénat a adopté le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM), et enterre ainsi l’esprit du Grenelle de l’environnement.

Les partisans des OGM qui voulaient garantir "la liberté de consommer et de produire des OGM (…) ou de ne pas le faire", ont gagné sur les anti-OGM qui se battaient pour défendre la liberté de produire "sans OGM".

Le rapporteur du projet de loi, Jean Bizet (UMP), a réussi à faire passer son "délit de fauchage", qui prévoit une sanction de deux ans de prison et 75.000 euros d’amende, en cas de destruction ou de dégradation d’une parcelle de culture de plantes transgéniques.

En parallèle, le maïs mon 810, de Monsanto, a été officiellement interdit de culture en France, par un arrêté du ministère de l’Agriculture paru aujourd’hui au Journal Officiel.

Les producteurs de maïs via l’Association générale des producteurs de maïs (APGM), vont attaquer ce décret, par une procédure d’urgence au Conseil d’Etat, dans l’espoir que du maïs OGM mon 810 puisse être semé en France au printemps.

Au vu de ces deux décisions, on voit clairement que la bataille entre pro et anti OGM n’est pas achevée…

2 Commentaires

  1. hengan dit :

    la culture d’ogm , est une plaie contre l’humanité , comment peu-t-on accepter cette injure pour notre terre , deja fortement bafouee !
    a bas le systeme de l’argent et des monopoles : GH

  2. abd dit :

    La contradiction entre l’interdiction du maïs mon 810 et le vote du "délit de fauchage" par le Sénat n’est qu’apparente. Le gouvernement tient en suspens l’opinion avec un double jeu commencé avec le "Grenelle de l’environnement", attitude qui permet de désamorcer l’opposition active des militants à la culture OG en France. Mais il suffira de quelques mois pour que le maïs soit "réhabilité" légalement pendant qu’on demandera des peines exemplaires contre toute action de "dégradation" des parcelles OGM. Pour faire face à cette stratégie de "majorité", je ne vois guere qu’un travail en profondeur et tout azimut pour le boycott de tout produit OGM en France quelque soit les aléas du politique. A. F.