Accueil    |    Contact

Accueil » Agriculture Biologique » Le chlordécone, un pesticide qui touche la santé des Antillais

Banane et chlordéconeLe chlordécone est un pesticide organochloré couramment utilisé dans la production bananière en Guadeloupe et Martinique entre 1972 et le milieu des années 90, pour lutter contre le charançon du bananier, une chenille se nourrissant de ses racines. Malheureusement, il a été utilisé aux Antilles françaises bien après son interdiction en France métropolitaine, par dérogation ministérielle spéciale… Sa rémanence dans les sols contaminés est de plusieurs siècles ! Aujourd’hui, selon une étude épidémiologique rendue publique lundi par le CHU de Pointe-à-Pitre et l’Inserm, il s’avère que les hommes qui y ont été exposés ont 80 % plus de risque de développer un cancer de la prostate.

Selon cette étude, réalisée de 2004 à 2007 sur la base d’un échantillon cas-témoins de 709 hommes ayant un cancer de la prostate et 723 indemnes de la maladie, "l’exposition au chlordécone est associée à un risque augmenté de survenue du cancer de la prostate", notamment chez les personnes possédant une "concentration en chlordécone supérieure à 1 microgramme par litre de sang". Cette concentration résulte beaucoup plus, selon les auteurs de l’étude, de la consommation de produits alimentaires contaminés que de la manipulation de la molécule elle-même par les ouvriers agricoles qui assuraient son épandage.

"L’exposition au chlordécone ne peut en aucune manière expliquer la totalité des cas de cancer de la prostate" en Guadeloupe et Martinique, où plus de 1.000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année, mais elle "apparaît comme un facteur de risque supplémentaire", affirme l’étude. Le cancer de la prostate représente 50 % des cancers, tous sexes confondus, dépistés en Guadeloupe et Martinique.

Selon le professeur Blanchet, "l’étude ne peut pas répondre à la question de la quantification du risque", ajoutant que "l’alimentation traditionnelle antillaise est, a priori, protectrice par rapport à certains cancers".

Billets relatifs

Commentaires fermés