Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Agriculture Biologique » Le purin d'ortie autorisé, mais…

Purin d'ortieUn arrêté du ministre de l’Agriculture, paru le 28 avril au Journal officiel autorise le purin d’ortie, en suivant les recommandations du rapport du député UMP du Bas-Rhin Antoine Herth, portant sur le "développement des méthodes de bio-contrôle pour la protection des cultures", c’est à dire l’utilisation de mécanismes naturels, alternatives aux pesticides chimiques, pour protéger les plantes de leurs agresseurs (insectes, champignons…).

"Les préparations dites purins d’ortie, obtenues à partir de feuilles fraîches ou séchées d’orties, sont autorisées à être mises sur le marché en tant que substance de base à usage phytopharmaceutique." Cette autorisation vaut donc pour la "recette du purin d’ortie" produite en annexe du texte et ajoute que la mention "emploi autorisé dans les jardins" est accordée.

Le purin d’ortie faisait partie des 12 propositions du rapport Herth, dont l’une concernait les "préparations naturelles peu préoccupantes" (PNPP). Il en est même le symbole.

Mais le président national de l’Association pour la promotion des préparations naturelles peu préoccupantes (Aspro PNPP), l’horticulteur périgourdin Jean-François Lyphout, n’est pas satisfait du tout, comme beaucoup d’écologistes, représentants de syndicats et associations tels que la Confédération paysanne, les Amis de la terre, Nature et progrès, Kokopelli, Agro-bio… Pour lui, la seule avancée positive réside dans le fait que "les paysans ne seront plus poursuivis s’ils en utilisent". Auparavant, la sanction pouvait aller du simple avertissement à la suspension des aides de la PAC de l’exploitant.

Outre le purin d’ortie, beaucoup d’autres purins, macérations et préparations naturelles attendent : presle, fougère, consoude, savon noir, argile… Pour vendre un produit, il faut une autorisation de mise en marché, qui demande des études de toxicité et d’impact sur l’environnement ou la faune auxiliaire, pour un coût de l’ordre de 40 000 euros par dossier. C’est bien sûr hors de portée des promoteurs des PNPP, qui représentent le plus souvent de toutes petites structures.

Commentaires fermés