Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Archives » Un ingénieur conseil en Energie/Climat décrypte les propos du débat Sarkozy / Royal sur le nucléaire

Suite à la News Part du nucléaire et EPR : débat N.Sarkozy / S.Royal, qui a raison ?, voici le décryptage sous forme de lettre ouverte aux médias fait par un ingénieur conseil en Energie/Climat, Jean-Marc Jancovici :Cher(e)s journalistes,

Ceux d’entre vous qui ont regardé le débat hier soir n’ont probablement pas manqué le petit échange sur le nucléaire, où chacun a mis en avant des chiffres erronés en accusant son adversaire de ne pas connaître les bons (amusant, ou inquiétant, c’est selon). Soit dit en assant, aucun candidat n’a parlé ni de pétrole (alors qu’un bon gros choc pétrolier est difficile à exclure de manière certaine dans les 5 à 10 ans qui viennent, qui aurait pour conséquence qu’une large partie des promesses « sociales » des candidats seraient alors laissées au vestiaire), ni de climat, alors que les 35 heures et les retraites sont assez peu prospères sur Mars ou Vénus. L’environnement a été réduit à une portion congruissime, alors que tous nos acquis sociaux sont directement ou indirectement liés au bon état du substrat sur lequel nous prospérons, à savoir le système terre, avec ses ressources, son climat stable et sa biosphère. Il serait temps que l’on rappelle avec force que la physique surdétermine nos désirs, et qu’il ne suffit pas de taper du pied par terre en disant « je veux » pour que nous ayons !
Quoi qu’il en soit, ce message a surtout pour but de vous rappeler les chiffres concernant le nucléaire, en espérant que cela vous sera utile
pour informer l’électeur qui n’a pas du y comprendre grand’chose.

* La part du nucléaire dans l’électricité en France est de l’ordre de 80% (dit autrement 80% des kWh produits par les centrales électriques
françaises sont issus de centrales nucléaires), et donc ni de 50% comme l’a dit Sarko, ni de 17% comme l’a dit Ségo (que je m’attendais
sincèrement à voir citer le bon chiffre tellement elle avait l’air sûre de son coup).

* La part du nucléaire dans l’électricité dans le monde est de l’ordre de 16%-17% (16% environ des kWh électriques consommés dans le monde viennent du nucléaire), ce qui peut expliquer la confusion côté Ségo.

* La part du nucléaire dans la consommation d’énergie finale en France (voir cet article pour comprendre ce que c’est que l’énergie finale) est de 17% (ca peut aussi expliquer la confusion côté Ségo). Mais la part du nucléaire dans la consommation d’énergie primaire en France (l’énergie primaire est celle qui est « extraite » quelque part de la croûte terrestre ; le même article que celui précédemment cité explique aussi ce qu’est l’énergie primaire, n’est-ce pas merveilleux ?) est de 35% environ.

* La part de l’énergie primaire consommée en France qui est importée avec peu de stocks chez nous (en clair les hydrocarbures de toutes
sortes) est de l’ordre de 50% (ca peut expliquer la confusion côté Sarko). On parle parfois « d’indépendance énergétique » pour donner la
part de la consommation d’énergie primaire obtenue sans recourir aux importations. Stricto sensu, elle est très faible (on va y trouver 1% du pétrole et 3% du gaz, le bois, l’hydroélectricité, et c’est à peu près tout). Mais il est usuel d’y mettre aussi le nucléaire, parce que les
stocks d’uranium couvrent plusieurs années de fonctionnement, et nous sommes donc « un peu plus indépendants » que pour les hydrocarbures, où nous avons quelques semaines de fonctionnement normal seulement (quelques mois en tout, mais le système se désorganise avant d’être arrivé au bout des stocks, bien sûr),

* L’EPR est un réacteur de 3è génération (sur ce point Sarko a donc tort et Royal raison). Comprendre ce que sont les réacteurs de 4è génération.

* Les réserves accessibles d’uranium 235 permettent de fournir plusieurs centaines de fois la consommation des centrales nucléaires mondiales (Ségo a donc tort sur ce point en paralnt – de mémoire – de 20 ou 30 ans environ), mais c’est évidemment bien moins avec une consommation croissant de 2% par an.

* Enfin le nucléaire joue effectivement un rôle important dans le fait que les émissions des Français sont en moyenne 25% inférieures à la
moyenne européennes (caractéristique que nous partageons avec la Suisse et la Suède, sur ce point l’ordre de grandeur avancé par Sarko est aussi le bon). Un lien est proposé pour ceux qui veulent voir les calculs.

* un dernier point, pas nucléaire mais climatique : la « rattrapage » de l’Espagne de ces 15 dernières années a été rendu possible parce que ce pays a augmenté sa consommation d’hydrocarbures de 50% de 1990 à 2003. Je vous laisse méditer sur combien ca rend réaliste les promesses faites de part et d’autre de voir l’Afrique se « développer » pour arriver à quelque chose de proche de nous, la promesse implicite faite aux pays entrants de l’Europe de l’Est « rattraper » notre niveau de consommation, etc. J’espère que l’on y reviendra pour les législatives…..

Là-dessus, je crois que c’est tout ! Si vous pouviez, à l’occasion, informer les électeurs des « vrais » chiffres, je suis sûr que ca leur
permettrait de se faire une idée des (in)compétences respectives sur ce sujet précis, ce qui n’est jamais inutile….

Très cordialement à tous

Jean-Marc Jancovici

Commentaires fermés