Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Ecologie » L'huile de palme : une bombe climatique à retardement

Déforestation et huile de palmeLa demande mondiale d’huile de palme ne cesse d’augmenter pour les besoins en alimentation, en cosmétiques et en biocarburants. Elle entraine une destruction des forêts et tourbières en Indonésie, et pourrait déclencher à terme une "bombe climatique".

Greenpeace l’indique dans un rapport publié hier et intitulé "Cooking the climate" (Cuire le climat). Ces forêts absorbent actuellement du dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre considéré comme le principal responsable du réchauffement climatique. Mais leur destruction "va bientôt transformer ces entrepôts de CO2 en sources d’émission".

Actuellement, la destruction de la végétation et des forêts marécageuses en Indonésie provoque l’émission de 1,8 milliard de tonnes de CO2 chaque année, soit 4% des émissions mondiales annuelles. Greenpeace accuse notamment les géants mondiaux de l’industrie tels Unilever, Nestlé et Procter & Gamble, principaux acheteurs d’huile de palme indonésienne.

Cependant, la Malaisie est dans le même cas : l’Indonésie est le second producteur mondial d’huile de palme après la Malaisie, et les deux pays représentent 85% de la production mondiale.

L’huile de palme est deux fois moins onéreuse que l’huile de colza. Le développement de palmiers transgéniques pour améliorer la qualité de l’huile, augmenter la production et diminuer la taille des arbres pour faciliter la récolte, est en cours. Les multinationales agro-alimentaires se réjouissent, ainsi que nos gouvernants.

En effet, depuis 2005, l’Europe importe déjà de l’huile de palme pour produire une partie du biodiesel consommé. Or, les biocarburants favorisent les OGM, les pesticides et participent grandement au réchauffement climatique via la déforestation. Quelle ignoble supercherie de vouloir les développer !

15 Commentaires

  1. Cédric dit :

    Le principe des énergies renouvelable, ce n’est pas d’être des énergies sans CO2, mais des énergies avec un bilan carbone nul. Si les arbres qui sont coupés ont été plantés pour cela ou s’ils sont replantés, tout va bien. Veux-tu dire que des industriels coupent des arbres sans les replanter ? (si tu parles d’OGM, c’est bien qu’il s’agit de planter des arbres, non?) Ton info m’intéresse, donc j’aimerais comprendre.

  2. Laracl' dit :

    Tout n’est pas dit dans votre article : par la déforestation, les brûlis, la plantation de ces palmiers à huile fournissant cette huile de palme que l’on retrouve dans nos margarines, nos gâteaux et nos shampoings, on massacre 5000 orang-outans par an. Si rien n’est fait, ils auront disparu d’ici 2020. Dans 12 ans… Mais qui se soucie des grands singes, des tigres, des oiseaux pendant que les gros groupes industriels se remplissent les poches en pourissant la planète ? L’espèce en voie d’extinction, c’est nous, et on fonce dans le mur les yeux fermés et le caddie bien plein !

  3. Vincent W dit :

    Avant de diaboliser, l’huile de palme et ramener les orang-outans dans l’affaire, il faut savoir d’où cette huile provient. En Indonésie (j’y ai vécu 4 ans) c’est dans 50% de la surexploitation qui lamine les sols et crée les problèmes et ce sont une minorité de grands groupes internationaux qui sont derrière la plupart des abus.
    Dans d’autres pays (qui produisent beaucoup moins certes) et même dans la plupart des cas en Indonésie, la culture est faite "proprement".

    Mon message : ne diabolisez pas l’huile de palme et ne mettez pas tout le monde dans le même panier ! Ce sont certaines pratiques qui sont abusives, pas la culture en soi.

  4. jerome dit :

    Si, c’est une lourde erreur que de consommer de l’huile de palme bio ! Et même terriblement contre-productive, au plan particulier comme au plan général.
    1) l’envol des cours de l’huile de palme provoque la ruée des industriels, qui, rase la forêt primaire et n’hésite pas à flinguer les gêneurs, et pas seulement les animaux (qui y a vécu devrait le savoir). Inutile d’insister sur ce que deviennt les petits productuers traditionnels dans ce contexte…
    2) d’une façon général importer des produits bio et une imbécilité. L’impact des transports ainsi générés annule les bénéfices environnementaux du bio; et ces filières reproduisent immédiatemment les schémas d’exploitations contraires à l’éthique du bio.
    3) C’est surtout continuer de soumettre les paysans du sud aux désirs des consommateurs occidentaux, et empêcher ainsi le développement et l’autonomisation des marchés locaux.

    Il en va de même pour café, thé, chocolat, banane…dure réalité, hein ?
    Cessons de croire que les pauvres ont besoin du désir des riches pour vivre. Ils ont surtout besoin que les riches leur lâche la grappe.
    Les filières biologiques ET locales sont les seules garantes d’une consommation environnementalement et humainement soutenable.
    Il vaut 10 fois mieux pour la planète qu’un parisiens consomme du beurre normand que de la margarine bio, qui, à ce jour, est systématiquement constituée en grande partie d’huile de palme. D’ailleurs certains fabricant un peu honteux mentionnent maintenant "graisse végétale"…

  5. Camcam dit :

    Bonjour, je suis au courant des meffets de l’huile de palme depuis peu.
    Je suis 100% d’accord avec vous sur l’effet catastrophique qu’elle a sur le plan écologique…(forêts, animaux, pauvres gens etc…).
    Pourtant ce n’est pas sont seul effet dévastateur!on ne parle que trop peu des conséquences qu’aura l’huile de palme sur nos populations!
    L’huile de palme est pésente partout ds notre alimentation (biscuits, céréales, plats préparés, soupes, produits pour bébé etc etc etc …!!!), avec à long terme, des effets pires que nocifs sur notre santé!
    Comment parvenir à changer cela?!les gens sont ds l’ignorance, l’information ne passe pas car, les industriels se garde bien de nous le faire savoir pour continuer à se faire de l’argent sur le dos des forêts, des animaux ainsi que sur la santé des hommes!
    De plus, même si nous voulont banir cette huile et tout ce qu’on peut en faire, cela est tout bonnement impossible vu que les industriels l’ont introduite PARTOUT!!!(même ds les produits bio, même ds les fruits secs, même ds le pain au céréale vendu en grande surface!!ds les cantines, ds les restaurants etc…) Ils sont malins également, car c’est très difficile, voir impossible de pouvoir lire sur l’étiquette d’un aliment la contenance et le pourcentage de ce "poison" présent!
    J’aimerais tellement pouvoir faire qqch à ce niveau là, mais je ne sais pas où et vers qui me tourner! comment faire pour pouvoir dorénavent manger de manière saine, dans devoir analyser chaque aliment ingéré, et de la même manière pouvoir sauver des vies à l’autre bout du monde en arrêtant ce désastre écologique???

  6. rigodon dit :

    Bonjour à tous, avez vous entendu parler de de la chartre RSPO, organisation s’engageant à promouvoir l’huile palme de production durable et à sauvegarder la forêt tropicale. Elle est appliquée en Colombie et s’étend maintenant à d’autres pays. Cela a permis à des paysans de sortir de la culture du canabis et du pavot, de pouvoir construire des écoles, des dispensaires et améliorer leur niveau de vie.Dans le monde tout n’est jamais ou tout noir ou tout blanc, avec le négatif il faut aussi avancer le positif. Bien sure que l’on peut vivre uniquement en autarcie, mais je ne sais pas si tout le monde à envie de revenir 100, 200,500, mille ans en arrière voir plus, quand on se penche sur les livres d’histoire, en tout cas moi pas. Entre gaspillage et consommation zero, on peut trouver un juste milieu bonne journée

  7. will dit :

    bonjour

    j aimerais savoir pourquoi on trouve de l huile de palm dans les produits bio alors que c est mauvais pour la santé et que çà detruit l’environnement
    c’est completement contradictoire avec l’ethique de la culture biologique
    merci

  8. NathalieB dit :

    Je ne vois pas en quoi favoriser la production locale de produits de consommation courante serait un retour en arrière. C’est au contraire offrir aux populations qui souffrent de la pauvreté la possibilité de retrouver leur dignité et leur autonomie en utilisant des méthodes de culture qui allient tradition et innovation et permettent d’obtenir de très bons rendements. Cela n’exclut pas de produire en plus un peu de cultures d’exportation pour assurer des revenus complémentaires.

  9. restore life dit :

    raser des forêts pour planter du palmier à huile (160 plants / ha)………… pas bon…

    restaurer des terres dégradées avec le palmier à huile…. avec 80 plants / ha et uilisé les trous de lumière pour y mettre bananes, maraichage et sylvopastoralisme……. c’est mieux……………. former, éduquer et enseigner aux populations de nouvelles technique agricoles, la nutrition, santé, alphabétisation, ect…. c’est encore mieux…………

  10. Zeraf dit :

    Ok pour protester ce qui concerne les plantations gigantesques qui détruisent l’écosystème. Je suis contre toute démesure et aussi contre le fait d’utiliser des plantes alimentaires pour le biocarburant. Et également contre le fait d’acheter des produits bio qui ont traversé des continents.

    Mais attention ne pas diaboliser l’huile de palme ou sa culture:
    – Cette huile a toujours nourri les populations locales car c’est une plante endémique.
    – La consommation est généralisée dans les pays producteurs,
    – Les sangs de ces populations n’y sont pas saturés de cholestérol. A ce titre il faut consulter l’étude menée par le CIRAD (" l’huile de Palme et la santé" par Jean Graille 2007) qui démontre que grâce à la notion de biodisponibilité il est clair que cette huile contient peut être 50% d’acides gras saturés mais elles sont très peu absorbées par l’organisme. Elle est de plus très riche en Vitamine A . Cela fait beaucoup d’atout.
    Attention donc à ne pas décrire cette huile comme le diable en personne.

    En conclusion, soyez modérés dans vos propos et mesurez en les effets.

  11. wira Canovas dit :

    Je ne cesse de lire des quantités de commentaires divers et variés sur des tas de sites et qui concernent tout ce qui DETRUIT la planète . Je constate amèrement que l’ON tourne en ROND comme cette bonne vieille terre .qui en réalité ….nous engloutis tous . Terre …dévoreuse !

  12. lm06lol dit :

    Je trouve abérant que l’on retrouve cette huile dans la plus part de nos aliments . Oui c’est vrai c’est pas parce qu’elle est moins chers que les autres huiles quelle est moins dévastatrice. J’ai mis ce commentaire pour faire réagir les gens , je dit pas qu’il y a que cette huile qui détruit notre planete loin de là mais elle fait beaucoup de dégats comme (des hectares de fôret ont été ravagés ce qui entraine une baisse de production d’oxigéne .

  13. koudou dit :

    L’huile de palme n’est certainement pas la plus nocive pour l’environnement. Certes, l’Indonésie détruit de grandes superficies de forêt vierge sur l’île de Bornéo, mais pour la même quantité d’huile alimentaire, elle en détruit beaucoup moins que le Brésil pour faire de l’huile de soja (en gros 10 fois moins !)
    Sur le marché des huiles et oléagineux, les deux plus importants produits sont l’huile de soja et l’huile de palme, à peu près à égalité et très largement devant toutes les autres (huile de tournesol, de colza, d’arachide, d’olive, beurre, suif etc…). L’huile de soja a du mal à lutter en prix, parce que la tonne d’huile de palme est généralement moins chère (au 21/4/2010 environ 849$ la tonne contre 865$US la tonne pour l’huile de soja). L’huile de soja a également du mal à lutter en terme de santé, car l’huile de palme est plutôt meilleure pour la santé dans sa composition (moins allergène, plus de composantes poly insaturées).
    Mais la plus grosse partie de l’huile de soja est produite par USA (semences OGM Monsanto très très majoritairement), Argentine, Brésil et Chine. L’huile de palme est essentiellement produite par Malaisie, Indonésie et Afrique de l’Ouest (traditionnellement consommée depuis des siècles en Afrique de l’Ouest). Et donc les pays producteurs d’huile de soja financent officiellement et officieusement de très grosses campagnes de désinformation contre l’huile de palme contre lesquelles Malaisie et Indonésie (80% de la production d’huile de palme) n’arrivent pas à lutter.

    Cela s’appelle de l’Intelligence économique, et cela revêt des formes diverses dont la plupart sont immorales (coups bas, désinformation, dénigrement, financement d’associations, …) même si la loi internationale n’y peut rien.

    Donc, en vous focalisant dans une lutte contre l’huile de palme, vous ne faites pas avancer les efforts pour améliorer quoique ce soit, sauf le business des producteurs de soja. Et apparemment, cela marche bien, si j’en crois les commentaires que je lis et même des producteurs agro alimentaires qui mettent en gros sur leurs paquets d’aliments industriels "ne contient pas d’huile de palme" et en tout petit tous les autres additifs pas très cool pour la santé.

    Dernier point de mon intervention : demandez vous plutôt si le problème que nous avons ne serait pas qu’on doive nourrir aujourd’hui près de 4 fois plus de personnes qu’il y a 100 ans, alors que la terre n’a pas plus de terrain cultivable : si on ne tue pas les hommes sur terre, il faut bien occuper des terres pour cultiver, car nulle part, le rendement agricole n’est multiplié par 4 depuis la première guerre mondiale.

  14. Sylv dit :

    Je suis complètement d’accord avec koudou. Il y a une sorte de rouleau compresseur qui s’est mis en place contre l’huile de palme. Tout est bon pour diaboliser cette denrée. On l’assimile aux acides gras trans, les pratiques de certains (qui sont entrain de changer) sont généralisés à l’ensemble de la filière…. "A qui profite le crime…?"
    Et puis pour finir et totalement politiquement incorrect, elles sont où les forêts primaires en Europe?

  15. Jeanne dit :

    vous avez tous raison et vous avez tous tord 🙂
    L’huile de palme n’est pas du tout meilleure que les autres huiles, au contraire elle est très toxique. Elle est plus grasse que le porc et elle est saturé de ce que l’on appelle populairement "le mauavais cholésterol". Oui on en trouve partout, et ce qui est révoltant c’est que l’on en trouve dans les produits diététiques ou/et pour bébé. Ce dernier point est assez scandaleux d’ailleurs. Oui on en trouve partout car elle est très bon marché et a une belle consistance. Et on en vente les richesses en vitamine A et E (fortement diminuées après traitement). Oui, comme elle coute pas chère et rapporte gros alors on plante partout des palmes. Mais, oui aussi il y a d’autres cultures ou productions dévastatrices de la planète que les monocultures de palmes. Alors pour finir, je n’ai pas d’actions dans les entreprises aggro alimentaires ni chez les exploitants d’huile de palme ni chez les exploitants d’huile de soja (puisque vous citez le soja) mais je pense que c’est à chacun d’entre nous de nous renseigner et d’être un minimum conscient de ce que l’on mange. Parce que quand je vois une étiquette où il y a de l’huile de colza àla place de l’huile de palme mais à côté figure la liste des colorants cancerigènes ou donnant des allergies E132,E140, E142, E150, E102 et la liste est longue … et bien je me pose des questions sur toutes les cochonneries que les indusctries agro alimentaires réussissent à nous faire avaler … Lisez les étiquettes et renseignez vous. Ayez votre propre jugement. PS : il y a 4 forêts primaires en Europe protégées. Certes en termes de taille c’est peu comparé au Bresil ou au COngo ou à l’Indonésie mais en % de surface c’est non négligeable.