Accueil    |    Contact

Accueil » Ecologie » Le réchauffement climatique menace le manchot royal

Le manchot royal menacé de disparitionUne étude effectuée par l’équipe d’Yvon Le Maho, directeur de recherche CNRS à l’Institut pluridisciplinaire Hubert Curien de Strasbourg, qui étudie le manchot royal depuis neuf ans sur l’île de la Possession, dans l’archipel des Crozet révèle que le réchauffement climatique représente une sérieuse menace pour le manchot royal.

Cette équipe constitue les premiers chercheurs à suivre électroniquement des animaux dans leur milieu naturel, c’est à dire sans bague numérotée fixée à l’un de leurs ailerons, responsable d’une réduction de moitié de leur chance de se reproduire avec succès et d’une diminution de leur espérance de vie.

Ici la méhose est celle du suivi électronique individuel : une étiquette électronique de 0,8 g a été implantée sous la peau de 450 manchots. L’île de la Possession située dans l’Archipel de Crozet concentre les 2/3 de l’effectif mondial des manchots royaux (soit 2 millions d’oiseaux) : les résultats obtenus sont donc représentatifs pour l’espèce.

Un réchauffement de la température de surface de la mer à proximité de Crozet, entraîne, en été, une diminution immédiate du succès reproducteur des oiseaux. Un phénomène inquiétant qui s’explique notamment par le fait qu’une température élevée défavorise le développement des organismes marins. En effet, ces derniers ne peuvent prospérer que sur une gamme de températures très réduite. Les manchots royaux ayant moins de nourriture à ramener au poussin, ce dernier a moins de chance de vivre.

Par ailleurs, en hiver, l’augmentation de seulement 0,26°C de la température de surface de la mer, au niveau de la limite de la glace de mer, se traduit deux ans plus tard, par une baisse de 9% de la probabilité de survie des manchots. En cause là aussi, la raréfaction des ressources marines, très probablement du krill qui est à la base des chaînes alimentaires antarctiques, dont dépendent les manchots royaux.

Sachant que le GIEC prévoit une hausse moyenne des températures d’environ 0,2°C par décennie, pour les deux prochaines décennies, le réchauffement de l’océan Austral constitue une importante menace pour le manchot royal.

1 Commentaire

  1. stephane dit :

    une vidéo sur le réchauffement climatique : .