Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Ecologie » Les écologistes unis autour des apiculteurs pour le retrait du Cruiser

Les apiculteurs manifestentCe matin, à 11 h à Paris, des apiculteurs venus de la France entière ont entamé une marche pour réclamer aux ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture le retrait de l’insecticide Cruiser, "tueur d’abeilles et de biodiversité". Leurs pancartes annonçaient la couleur : "je ne suis pas un happy-culteur", "cruiser-killer", "abeilles, pesticides, OGM: l’impossible coexistence".

Même si le ministre de l’Agriculture Michel Barnier doit les recevoir, il ne devrait pas revenir sur son autorisation du Cruiser, délivrée pour un an le 8 janvier. Il pourrait en revanche proposer à la profession de l’associer au suivi d’éventuels impacts du Cruiser sur l’environnement, selon ses services.

Le président de l’Union nationale de l’Apiculture française (UNAF) Henri Clément souhaite que Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, se ressaisisse "pour que le Cruiser ne reste pas comme une tache sur le Grenelle de l’environnement", ajoutant à son encontre : "Vous vous êtes montrés déterminés sur le (maïs génétiquement modifié) MON810, mais vous vous êtes couché sur le Cruiser".

L’UNAF s’est tourné le 29 janvier vers le Conseil d’Etat pour réclamer son interdiction, puisqu’il se rapproche de deux autres insecticides, le Gaucho et le Regent, incriminés dans la mortalité anormale des abeilles avant d’être interdits.

Pour la première fois, les principales associations de défense de l’environnement qui ont participé au Grenelle se sont mobilisées aux côtés des apiculteurs, comme la fédération France Nature Environnement (FNE), la Ligue de Protection des oiseaux (LPO), ou la coalition Alliance pour la planète.

Allain Bougrain-Dubourg de la LPO a indiqué : "Nous aurions dû le faire plus tôt, car les abeilles, indicateurs de la biodiversité, ont subi un effondrement de 30 à 40% de leurs populations en zone agricole : il y a davantage de vivant, ici dans cette ville, qu’à quelques kilomètres d’ici où se pratique l’agriculture intensive qui emploie des produits violents"…

Commentaires fermés