Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Ecologie » Nouveau label pour la qualité des eaux de baignade

Label qualité des plagesLa secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, a présenté à Perros-Guirec (Côtes-d’Armor), hier, un nouveau label pour les plages françaises, qui pose des critères plus stricts sur la qualité des eaux de baignade et exige une transparence accrue dans l’information des touristes.

Cette nouvelle certification sera possible à partir de 2009, dans le but d’être en conformité avec une nouvelle directive européenne, qui entrera en vigueur en 2015 pour l’ensemble des sites de baignade de l’Union Européenne. Il faut du temps, car selon la secrétaire d’Etat, "Si on mettait aujourd’hui en place les normes de 2015, on serait obligé de fermer des plages. En anticipant de sept ans sur les objectifs de 2015, on se donne les moyens de s’adapter". Si cette nouvelle directive était appliquée dès aujourd’hui, 131 plages du territoire français, soit 10% du total, seraient déclassées dans la catégorie "qualité insuffisante" et donc interdites à la baignade…

Le label portera exclusivement sur la qualité des eaux de baignade, mais pourrait, à terme, être utilisé comme critère pour d’autres classements, tels que le Pavillon bleu, qui prennent également en compte la qualité globale de l’environnement d’une plage.

Les seuils de tolérance de pollution bactériologique de la nouvelle directive seront quatre fois plus sévères que les seuils actuels, et les classement seront basés sur une évaluation de la qualité des eaux sur un période de 4 ans, et non plus une seule année.

Si elles sont favorables à des normes contraignantes, les organisations écologistes craignent que la nouvelle directive n’accentue un phénomène "pervers" déjà observé au sein de l’Union Européenne : certains Etats se contentent de radier des sites de baignade pour conserver des statistiques flatteuses plutôt que de s’attaquer aux problèmes de pollution.

La Commission européenne, qui rappelle régulièrement à l’ordre les Etats-membres sur ce sujet, a constaté qu’entre 1990 et 2004, environ 7.000 aires de baignade avaient disparu "sans explication" de la liste des sites où la qualité de l’eau est surveillée.

Commentaires fermés