Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Ecologie » L'avenir de l'eau – Petit précis de mondialisation II par Erik Orsenna

L'avenir de l'eau d'Erik OrsennaErik Orsenna, de l’Académie Française, sort cette semaine un livre dans un registre où on ne l’attendait pas forcément, celui de la mondialisation et de la ressource en eau sur la planète. Le livre s’intitule : "L’avenir de l’eau – Petit précis de mondialisation II" (Ed. Fayard).

"Dans dix ans, dans vingt ans, aurons-nous assez d’eau ? Assez d’eau pour boire ? Assez d’eau pour faire pousser les plantes ? Assez d’eau pour éviter qu’à toutes les raisons de faire la guerre s’ajoute celle du manque d’eau ? Dans l’espoir de répondre à ces questions, je me suis promené. Longuement. Du Nil au Huang He (fleuve Jaune). De l’Amazone à la toute petite rivière Neste, affluent de la Garonne. De l’Australie qui meurt de soif aux îles du Brahmapoutre noyées par les inondations… J’ai rencontré des scientifiques, des paysans, des religieux, des constructeurs de barrages, des physiciens alpinistes qui mesurent sur tous les toits du monde la fonte des glaciers. J’ai passé du temps avec les médecins de Calcutta qui luttent contre le choléra. J’ai écouté d’innombrables leçons, dont celle du scarabée de Namibie et celle du kangourou. Quelles sont leurs techniques pour survivre en plein cœur du désert ? Peu à peu, j’ai fait plus ample connaissance avec notre planète. J’ai vu s’aggraver partout les inégalités, notamment climatiques. Mais j’ai vu aussi la réussite du pragmatisme, de belles coopérations entre administrations et entreprises privées. J’ai vu des illusions et des férocités à l’œuvre. De retour de voyage, voici maintenant le moment de raconter. Un habitant de la planète sur six continue de n’avoir pas accès à l’eau. Un sur deux vit sans système d’évacuation. Pourquoi ?"

Après des études de philosophie et de sciences politiques, Erik Arnoult, dit Erik Orsenna, enseigne l’économie à l’Ecole normale supérieure. Il entame par la suite des activités administratives et devient conseiller ministériel puis conseiller culturel auprès du président François Mitterrand de 1981 à 1984, expérience relatée dans "Grand amour" en 1993. En décembre 1985, il entre au Conseil d’Etat et exerce les fonctions de maître des requêtes. Parallèlement à ses activités, il est l’auteur de sept romans et obtient le prix Roger Nimier en 1978 pour "La Vie comme Lausanne" ainsi que le prix Goncourt 1988 pour "L’Exposition coloniale". Il est élu à l’Académie française le 28 mai 1998. Il est aujourd’hui vice-président de la société Cytale, dédiée au livre électronique. En octobre 2003, il participe au 16e festival du Livre de Mouans-Sartoux dans les Alpes-Maritimes, pour la présentation de son ouvrage, "Madame Bâ". L’année suivante, il publie "Les Chevaliers du subjonctif", "Portrait du Gulf Stream" en 2005 et "Voyage au pays du coton" en 2006. En 2007, Erik Orsenna reçoit le prix du Livre d’économie pour "Voyage au pays du coton" et publie "La Révolte des accents", un roman sur la disparition des accents dans la langue française. Ecrivain prolifique, l’académicien signe l’année suivante "La Chanson de Charles Quint", l’histoire de deux frères qui comparent leurs deux visions de l’amour. Avec une carrière longue et saluée, Erik Orsenna est sans conteste l’un des écrivains français les plus importants du XXe siècle.

Assurèment, un livre à lire sans attendre !

Billets relatifs

1 Commentaire

  1. bernard dit :

    Le problème de l’eau est devenu d’une importance cruciale , et beaucoup de gens de bonne volonté s’en préoccupent . Mais il y a une effroyable déperdition d’énergie, avec un gaspillage économique correspondant : rien qu’en Bretagne , plusieurs centaines d’organismes ou associations , publics ou privés , ont engagé une ou des actions à Madagascar !!! Ne serail-il pas temps d’organiser , de fédérer un peu tout cela ? Il y aurait quelques présidents ou secrétaires en moins , mais l’efficacité serait sans doute au rendez-vous ?