Accueil    |    Contact

Accueil » Ecologie » L'écologie en bas de chez moi de Iégor Gran

L'écologie en bas de chez moiIegor Gran sort un livre intitulé "L’écologie en bas de chez moi" (éditions POL – février 2011), qui pourrait bien faire grincer des dents, par son cynisme, son côté absurde voire grotesque. Il dénonce ainsi les dérives dogmatiques et commerciales du "tout écolo". Rien d’étonnant, puisque ce provocateur avait obtenu, le grand prix de l’humour noir pour son livre ONG ! en 2003, sur les milieux associatifs, les universitaires et l’humanitaire. Déjà, son premier roman sur la bureaucratie, "Ipso facto", était gratiné…

Voici résumé en quelques mots ce livre qui veut dénoncer "l’intégrisme écolo" : Un voisin durable, c’est un voisin qui trie ses déchets et me surveille pour que j’en fasse autant. Une amitié durable, c’est une amitié où l’on ne met pas en danger l’avenir de la planète, même en paroles. On évite d’aborder les sujets qui fâchent. On gobe le discours moralisateur avec le sourire. On accepte l’opportunisme marchand en ouvrant son portefeuille. On se garde de penser sans gourou, sans nounou. On se retient. Ce livre raconte comment je ne me suis pas retenu.

On l’aura compris, Iegor Gran n’est pas un écolo et fustige les écolo-responsables qui lui gâchent son quotidien : il ne trie pas ses déchets, n’a que faire de la compensation carbone, n’est ami ni avec Yann Arthus-Bertrand ni avec le commandant Cousteau.

Ceci étant, le fait de mettre le doigt sur l’aubaine qu’ont vu les politiques dans la défense de l’écologie, la poule aux oeufs d’or que sont devenus les films et photos de Yann Arthus-Bertrand, ou le greenwashing que les grosses sociétés ont développé en matière de communication, c’est un bon point. En effet, il faut aussi savoir raison garder, des fois, et remettre les pendules à l’heure, notamment quand on voit comment, au travers d’une pub, Areva tente de nous faire croire que le nucléaire est propre !

1 Commentaire

  1. sylvestre monique dit :

    J’aime surtout la fin de la critique "ceci étant, le fait de mettre le doigt…."

    C’est un bon livre, très critique de l’air du temps – chacun peut exposer son point de vue