Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Ecologie » Qui a tué l’écologie ? de Fabrice Nicolino

Qui a tué l'écologie de Fabrice NicolinoFabrice Nicolino a sorti récemment un livre qui fait grand bruit dans le microcosme politico-écolo : « Qui a tué l’écologie ? » (Editions Les liens qui libèrent -février 2011). Ce journaliste, notamment auteur de Pesticides, révélations sur un scandale français et de  »Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde », est un écologiste engagé depuis des décennies dans le combat pour la vie sur terre. Il appelle à un sursaut historique, seul capable de nous aider à faire face à la crise écologique qui arrive, qui est déjà là. Il signe là un pamphlet vif et brillant contre cette nouvelle écologie douce c’est à dire molle et sirupeuse inaugurée par le Grenelle de l’environnement. Eteindre la lumière derrière soi, fermer l’eau du robinet, trier ses poubelles, c’est très bien mais ce n’est pas avec ça que l’on va résoudre les immenses problèmes environnementaux… Osons parler d’un avachissement de la pensée critique et des ses principaux hérauts associatifs, osons parler d’une véritable mystification ou d’une mascarade alors que la destruction du monde continue et s’accélère…

Ce livre déplait, parce qu’il décrit ce qu’est devenu le mouvement écologiste, celui des salons dorés, des petits-fours, des photos de groupe devant les palais officiels. Il révèle pour la première fois l’histoire, les histoires, les coulisses. On peut donc le lire comme un roman vrai, un polar implacable, rempli de personnages aussi étonnants qu’Anton Rupert, l’un des véritables fondateurs du WWF International. Mais, bien au-delà, l’acte d’accusation vise la « bande des quatre » qui s’est laissé abuser par les ruses et les risettes de l’Etat français, Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciuski-Morizet en tête. Certes, il existes de nombreuses différences entre le WWF, Greenpeace, la Fondation Hulot et France Nature Environnement (FNE). Mais au total, le bilan est désastreux. Alors que les mêmes clament que la planète est en perdition – et elle l’est -, ils préfèrent compromis, tapes dans le dos et décorations. Qui a tué l’écologie ? ne se contente pas de poser une question, mais y répond. C’est donc un cri d’espoir. Et un appel majeur.

1 Commentaire

  1. weissdorn dit :

    Monsieur Nicolino,

    Vous avez raison de dénoncer la récupération de l’écologie par les grandes entreprises, et les grands partis de droite comme de gauche, car tous ces complices mesurent ce qu’ils auraient à perdre si les verts était un parti à sa juste place sur l’échiquier politique, à savoir la première!
    C’était pourtant bien parti avec René Dumont mais les choses se sont vite dégradées avec Brice Lalonde, Waechter et Voynet et maintenant Cohn bendit!
    Aux dernières élections Voynet a fait un score ridicule parce que les électeurs écologistes ont bien compris son jeu, à savoir soumettre les verts à l’hégémonie du PS .
    Nous courrons à une catastrophe certaine mais les banques continuent à spéculer et à s’enrichir sur notre dos!
    Je suis un écologiste praticien depuis plus de quarante années, mais je ne voterai ni pour Hulot ni pour Eva Joly, car la fusion avec europe écologie est la stratégie de Cohn bendit pour torpiller les verts définitivement!
    Je pense que vous comme moi avons intérêt à clarifier nos positions de toute urgence!
    Ce matin je vous ai entendu sur FRANCE INTER quand vous dites que vous êtes convaincu qu’ Hulot est un écologiste sincère soit vous êtes un naïf, soit vous nous prenez pour des imbéciles!

    Bien sincèrement, Weissdorn