Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Energie / Habitation » Energies renouvelables : qu'attend le gouvernement ?

Energies renouvelables remises en cause ?Les professionnels des énergies renouvelables regroupés au sein du SER (Syndicat des Energies renouvelables), ont exprimé hier, leurs craintes que le gouvernement voit les budgets à la baisse et empêche ainsi le développement des énergies vertes. Son président, André Antolini, a demandé au gouvernement : "Respectez les engagements du Grenelle, ne révisez pas à la baisse les objectifs de production d’énergie renouvelable alors que la France doit prendre la présidence de l’Union européenne".

Pour augmenter de 20 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) la part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique à l’horizon de 2020 et atteindre l’objectif de 23 % dans la consommation finale française, le SER estime avoir besoin à l’horizon 2020 de 2,5 à 3 milliards d’euros de dépenses fiscales par an.

A partir de 2009, le syndicat attend la création d’un fonds chaleur, servant au financement des chaudières à bois et des pompes à chaleur dans l’habitat collectif de 300 millions d’euros, et d’un crédit d’impôt réservé aux particuliers investissant dans les énergies renouvelables (600 millions d’euros par an). L’exonération de taxe sur les produits pétroliers (TIPP) serait portée à 1,1 milliard et la contribution au service public des énergies qui finance les tarifs de rachat atteindrait 500 millions d’euros.

Face à ces dépenses, il y a 4 milliards d’euros de recettes fiscales générées, la création de 120.000 emplois et le fait que la France ne sera pas contrainte de payer les amendes prévues par le protocole de Kyoto en cas de non-respect des objectifs.

André Antolini craint que le gouvernement le fasse un tour de passe-passe comme celui des OGM : "Nous avons présenté notre chiffrage. On nous dit que le projet de loi est prêt, mais nous n’avons toujours pas de réponse de Bercy. Les comités opérationnels du Grenelle ont pourtant demandé ces données dès l’été dernier. Nous sommes inquiets."

Effectivement, il y a de quoi…

Commentaires fermés