Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Energie / Habitation » La taxe carbone à 17 euros la tonne : un raté pour Sarkozy

Taxe carbone de SarkozyNicolas Sarkozy, annonçant hier dans l’Ain, le coût de la tonne de CO2, finalement fixé à 17 euros, a déçu tout le monde. Les personnalités des Verts ont fait part de leur déception, que ce soit Yves Cochet, "Trahison d’une bonne idée", Noël Mamère, "réforme en trompe l’oeil" ou Dominique Voynet, "très faible ambition écologique de cette vraie-fausse taxe carbone". Quant à Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, elle parle d’"un énorme rendez-vous manqué"

L’eurodéputé Yannick Jadot en remet une couche avec "un véritable gâchis et un rendez vous raté", et Greenpeace dit que "le président de la République a noyé dans un discours fleuve et fourre-tout une contribution climat énergie réduite à peau de chagrin".

Au Parti Socialiste, Laurence Rossignol, secrétaire nationale à l’Environnement, résume : "Le dispositif a tous les inconvénients du nouvel impôt et aucun des avantages d’une fiscalité écologique."

François Bayrou, président du Modem, qualifie les propositions de "très injustes socialement et écologiquement", particulièrement celle qui consiste à exclure l’électricité de l’assiette. Il ajoute à juste titre qu‘"il est faux de dire que l’électricité n’est pas émettrice de gaz à effet de serre."

Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de Gauche, regrette que "cette taxe pérennise le droit des plus riches à polluer".

Évidemment à droite, les porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre et Dominique Paillé, encensent Nicolas Sarkozy, "à la fois courageux et pragmatique", mais Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout de la République, parle d’une "poudre aux yeux écologique". Quant au Nouveau Centre il annonce qu’il sera "extrêmement vigilant et veillera à ce que les foyers modestes, les classes moyennes et les populations rurales qui ont besoin de leur voiture pour travailler soient correctement compensés" et s’inquiète pour "la compétitivité de notre industrie".

Nicolas Hulot indique : "l’objectivité me pousse à dire que c’est un pas très important. C’est un pas très positif", mais il souligne qu’il faudra rester "prudent et vigilant" sur les modalités, qui seront abordées lors du débat parlementaire.

C’est bien un raté pour Sarkozy qui a voulu jouer un coup médiatiquement bon en se la jouant écolo, mais qui a été trop vite puisque ce projet de taxe carbone était mal ficelé dès le départ. Quel gâchis !

Commentaires fermés