Accueil    |    Contact

Accueil » Energie / Habitation » Le vrai scandale des gaz de schiste de Marine Jobert et François Veillerette

Le vrai scandale des gaz de schisteLe vrai scandale des gaz de schiste est un livre essentiel sur le prochain grand scandale écologique, préfacé par José Bové. Accusés de polluer les nappes phréatiques, les sous-sols et d’empoisonner l’air par les produits chimiques utilisés pour leur extraction ; de faire exploser le trafic routier, de provoquer des séismes et d’aggraver le réchauffement climatique par l’intensité des creusages, les gaz et pétrole de schiste sont au coeur d’un débat national. Les opposants ont gagné la première manche, mais les potentiels bénéficiaires préparent déjà leur revanche…

Les industriels et les politiques n’entendent pas en effet se priver de nouvelles ressources. Mais en courant après l’indépendance énergétique, ils poursuivent un modèle économique qui génère la crise écologique. Ce livre est un document précieux décryptant les liens entre haute administration, industriels et politiques. Ce livre démontre pourquoi les projets d’extraction sont encore sur la table malgré les dommages immenses et prouvés de ces exploitations sur l’environnement. A l’heure du grand théâtre de la présidentielle, voici le livre qui permet d’affronter les enjeux énergétique et climatique en connaissance de cause.

François Veillerette, notamment coauteur de Pesticides, révélations sur un scandale français (35 000 exemplaires) est Président du "Mouvement pour les droits et le respect des générations futures", et Marine Jobert est journaliste.

(éditions Les Liens qui Libèrent – 31 août 2011) – 18 €

2 Commentaires

  1. pourlesarbres dit :

    Ce livre semble avoir disparu: il est annoncé en rupture de stock et n’est pas sur le site de son éditeur (Les liens qui libèrent). J’en profite pour signaler un petit ouvrage très marrant qui s’appelle "Le gaz de chistr" et explique simplement comment marche cette technique, et quels sont ses (nombreux) dangers.

  2. Cette histoire de Balkany montre combien l’industrie en France est petit-bras: le demi-frère d’un ami du président, président non-exécutif (c’est quoi?) d’une société d’exploration de gaz de schiste pendant quelques mois, ya pas de quoi en faire un fromage. Au Québec ils ont les dents plus longues: l’industrie a carrément embauché l’ancien ministre de l’environnement.
    Plus sérieusement, il faudra être très attentif aux forages qui ne vont pas manquer de se développer, expérimentaux bien sûr, et sans fracturation hydraulique ça va de soi. En rédigeant mon livre "Le gaz de chistr", j’avais senti le coup venir, préparé par une loi d’un tracé assez sinueux. Ce sera de toutes façons de la fracturation, et s’il n’y a plus la longue série de produits chimiques* il restera quand même les explosions en sous-sol, et la remontée d’une eau fortement salée, parfois un peu radioactive.
    Plus que jamais, la curieuse préface que l’excellent Jules Verne a bien voulu me consentir de sa demeure souterraine est d’actualité: "Dans les profondeurs du globe, il y a des mers, il y a du vent. Il y a des champignons et des arbres. Il y a des habitants. La surface du globe est nôtre, libre à nous de nous empoisonner avec cette myriade de petits volcans ridicules crachand du benzène! Mais de quel droit irions-nous contaminer le centre de la terre?"
    Gilles de Janzé
    *liste qui, avec les commentaires, couvre 20.000 caractères, et constitue peut-être la plus longue note de bas de page existante.