Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Energie / Habitation » Malfaçons de construction de l'EPR de Flamanville

sécurité en cause sur l'EPRSelon le Canard enchaîné de ce jour, l’Autorité de surêté nucléaire (ASN) a adressé à EDF, l’exploitant du futur réacteur EPR de Flamanville, "entre octobre 2010 et août 2011, quatre lettres au vitriol qui mettent en cause la qualité de plusieurs constructions vitales pour la sécurité du futur réacteur EPR" ; certaines de ces malfaçons dans le gros œuvre du futur réacteur seraient même de nature à "porter préjudice à la qualité finale des structures".

Les inspecteurs de l’ASN ont relevé des trous dans des piliers en béton ou des défauts dans les parois de piscines destinées à recevoir le combustible nucléaire irradié, affirme l’hebdomadaire satirique.

Eric Besson, ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, s’est voulu rassurant : "les travaux béton visés par les lettres de l’ASN citées dans cet article sont encore en cours et n’ont même pas été réceptionnés par EDF. Les observations de l’ASN seront bien entendu prises en compte dans le cadre de ce chantier en cours".

L’ASN, contactée par l’AFP, a confirmé l’envoi à EDF de "quatre courriers, dont deux sont des lettres de suite disponibles sur le site internet de l’ASN, les deux autres étant des courriers d’échanges techniques" et elle confirme que certaines des malfaçons constatées sont de nature à "porter préjudice à la qualité finale des structures". La semaine dernière, l’ASN avait indiqué avoir constaté des "écarts" et "faiblesses" lors d’une inspection du site de construction du réacteur EPR et demandé à EDF de "faire des efforts importants pour démontrer la qualité de la construction".

Martin Bouygues, PDG du groupe de BTP chargé de la construction a vivement réagi en parlant de "manipulation honteuse et scandaleuse", ajoutant "c’est vrai qu’il y a des malfaçons, car c’est un prototype et il y a des difficultés techniques, mais elles sont reprises".

Les problèmes de sécurité sur l’EPR de Flamanville ne sont pas nouveaux. D’ailleurs, EDF a indiqué fin juillet 2011, que la mise en service de l’EPR de Flamanville était reportée à 2016, soit 4 ans de retard sur la date initialement prévue pour ce premier réacteur nucléaire de troisième génération construit en France…

1 Commentaire

  1. Denis dit :

    La seule attitude responsable compte tenu de l’impossibilité que nous avons à connaître l’ensemble des malfaçons, c’est, à l’image de Mélenchon, Joly ou Royal, de demander l’arrêt du chantier de l’EPR de Flamanville.