Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » L'amendement Chassaigne vidé de son sens, dans le projet de loi sur les OGM

OGM j'en veux pasMalheureusement, le gouvernement et la majorité ont trouvé, mardi 15 avril, un compromis qui vide de son sens l’amendement Chassaigne. Le groupe UMP au Sénat a décidé d’émettre un "vote conforme" à celui de l’Assemblée "sur l’ensemble des articles du projet de loi sur les OGM, sauf l’article 1er". Or, cet article comporte l’amendement Chassaigne, qui restreignait l’utilisation des OGM en les interdisant notamment dans les zones AOC.

Dans Libération d’aujourd’hui, quarante personnalités – scientifiques, acteurs, écrivains, chanteurs – lancent un appel à François Fillon, pour lui demander le maintien de l’amendement Chassaigne (PCF) dans le projet de loi sur les OGM. Cet amendement (le 252) est "le seul adopté par l’Assemblée nationale qui garantit de protéger les structures agricoles, les écosystèmes locaux et les filières de production et commerciales qualifiées sans OGM", écrivent les signataires parmi lesquels Nicolas Hulot, l’écologue Robert Barbault, la journaliste Marie-Monique Robin, auteur du livre "Le Monde sans Monsanto", le philosophe Pierre-André Taguieff, la comédienne Juliette Binoche, l’explorateur Jean-Louis Etienne, le chanteur Florent Pagny ou encore Corinne Lepage.

Le projet de loi que doit examiner à partir de mercredi le Sénat en deuxième lecture "légalise un risque de contamination par les OGM de l’ensemble de l’agriculture française et ne protège par la grande majorité des agriculteurs qui veulent continuer à produire sans OGM", indique l’appel également envoyé aux sénateurs, en ajoutant : "Nous n’acceptons pas que des logiques politiciennes viennent polluer l’intérêt général, la protection de l’environnement et la sérénité des consommateurs".

Rappelons que près de 8 Français sur 10 approuvaient la position – dénoncée par l’UMP – de la secrétaire d’Etat à l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, sur ce dossier…

La majorité n’a pas osé "franchement détruire" l’amendement Chassaigne, mais son auteur (PCF) craint toutefois qu’il soit "vidé de sa substance".

Commentaires fermés