Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Environnement » La réunion des 16 pays les plus polleurs débouche sur rien

Bush prêt à réduire les émissions de gaz à effet de serreLa France qui accueillait pendant deux jours la réunion des principales économies de la planète sur la lutte contre le changement climatique : 16 pays les plus pollueurs (80 % des gaz à effet de serre, GES).

Le Secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes Jean-Pierre Jouyet, qui ouvrait les travaux, a ainsi insisté sur la nécessité d’un "objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), rappelant que l’Union européenne avait proposé une baisse de 50% en 2050 et que les experts internationaux du climat (GIEC) préconisait que les émissions mondiales cessent de croître dans les 10 à 15 ans pour commencer à baisser.

Mercredi soir, le président George Bush avait annoncé un simple plafonnement des émissions de gaz à effet de serre de son pays (GES) en 2025, alors que l’Union européenne, qui s’est assignée un objectif de réduction de 20% voire 30% en 2020, vise une diminution de 50% au plan mondial pour 2050.

L’annonce américaine a été jugée globalement "décevante" par les participants à la troisième édition des "MEM" (Major Economies Meeting) – les huit industrialisés du G8, les grands émergents comme la Chine ou l’Inde et l’Union européenne – et perçue comme un "retour en arrière" par rapport aux engagements pris en décembre à Bali, lors de la conférence de l’ONU sur le climat.

L’Allemagne a fustigé une proposition "digne de l’ère de Néandertal" et certainement "pas à la hauteur du défi mondial", selon un communiqué du ministre l’Environnement Sigmar Gabriel, à la pointe du combat européen en faveur du climat.

Le Commissaire européen à l’environnement Stavros Dimas a jugé la position américaine "décevante": elle ne va pas nous aider à avancer, a-t-il dit en substance, alors que la communauté internationale doit se hâter désormais vers la conclusion d’un accord pour 2009.

"Les Etats-Unis représentent 25% du problème : si on ne les a pas avec nous, aujourd’hui ou plus tard, ça ne servira à rien… Mais ce sera sans doute pour plus tard", a conclu Brice Lalonde, l’ambassadeur de France pour le climat.

Commentaires fermés