Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Santé et Bien-être » Le mercure dentaire dangereux pour la santé ?

Plusieurs ONG françaises (Non au mercure dentaire, le Réseau environnement santé (RES), l’Association toxicologie-chimie) estiment que l’utilisation du mercure dentaire, utilisé dans 70 % des amalgames de molaire ou de prémolaire en France, est « un poison ».

Selon elles, les amalgames dentaires que les dentistes utilisent pour obturer les caries contiennent 50 % de mercure, ce qui ferait, chaque année, « plus de 17 tonnes de mercure dans la bouche des Français ». Elles parlent d’un « nouvel exemple de dysfonctionnement de la sécurité sanitaire », alors que « des centaines d’études scientifiques » incriminent le mercure dentaire, ajoute Marie Grosman, du collectif Non au mercure dentaire.

Pourtant l’Union Européenne travaille pour la réduction de l’exposition au mercure de la population de 30 % d’ici 2013, puisque le Conseil de l’Europe a adopté en mai une résolution invitant à « la restriction, voire l’interdiction des amalgames comme matériaux d’obturation dentaire » ; d’ailleurs, la Norvège, la Suède et le Danemark ont carrément interdit l’amalgame dentaire.

Pour le toxicochimiste André Picot, le mercure est « un CMR (cancérogène, mutagène et reprotoxique) », qui est toxique aussi pour les systèmes nerveux, immunitaire et hormonal ». Il est « impossible de définir une dose d’exposition sans danger » pour la population fragile, comme les femmes enceintes et les enfants, ajoute-t-il. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) suggère l’utilisation de matériaux alternatifs. Selon les associations, les produits de remplacement, à base de verre dit « ionomère », ont « fait leurs preuves » : ils permettent d’enlever moins de dent, sont aussi bien remboursés que les amalgames, pour une longévité « au moins identique ».

Roland L’Herron, président de la Confédération nationale des syndicats dentaires, affirme pour sa part qu’il n’y a jamais eu de preuve scientifique que c’est dangereux pour la santé. A ses yeux, les mises en garde et interdiction n’existent que pour des raisons environnementales, pour éviter les rejets de mercure, très polluants. En outre, la demande est moins forte, « pour des raisons esthétiques », ajoute-t-il. Quant aux produits de remplacement, ils estiment qu’ils sont « moins résistants à l’abrasion et très sensibles à l’humidité ».

Marie Grosman demande la fin des amalgames dentaires, mais « très progressivement et de façon très précautionneuse », car une dépose hâtive peut « faire courir de grands risques ». Un point sur lequel les dentistes sont d’accord.

(source Le Monde)

Billets relatifs

Commentaires fermés