Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Archives » Procès de l'Ericka : Total en difficulté

Une note interne de Total, éditée en 1998, un an avant le naufrage de l?Erika, Bertrand Thouillin, alors directeur des affaires juridiques de Total, s’inquiètait de la responsabilité d’affréteur du groupe en cas de catastrophe maritime, une responsabilité qu’il nie pourtant aujourd’hui. Bertrand Thouillin écrivait : « Même en l’absence de texte, la responsabilité d’un affréteur peut toujours être recherchée sur le terrain délictuel ou quasi-délictuel pour faute ou négligence dans le choix du navire », « Il y a une tendance générale des juges à mettre en cause la responsabilité des donneurs d’ordre en matière de transport ».

Total voulait renforcer la sécurité puisque la Compagnie prônait le renforcement du « vetting », l’inspection des navires effectuée par les compagnies pétrolières elles-mêmes. Total avait revendu en 1991 ses propres bateaux pour ne plus être qu’affréteur.

Billets relatifs

Commentaires fermés