Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Archives » 86 % des consommateurs veulent une interdiction des OGM

C?est la révélation du sondage réalisé pour Greenpeace par l?institut CSA, à la veille de la sortie du nouveau Guide des produits avec ou sans OGM. Si 58 % des personnes interrogées demandent une interdiction temporaire de la production et de la consommation d?OGM, le temps d?évaluer leurs conséquences sur l?environnement et la santé, 28 % vont jusqu?à demander leur interdiction pure, simple et définitive. Un record !

Riz transgénique chinois ou riz OGM américain détectés dans des produits vendus en Europe et en France? Ces exemples scandaleux de contamination de notre alimentation par des OGM non autorisés et potentiellement allergènes font la une des journaux et perturbent considérablement les consommateurs. D?un côté, ils entendent les autorités publiques ou les pro OGM affirmer qu?on a le choix de ne pas consommer de produits contenant des ingrédients génétiquement modifiés. De l?autre, ils apprennent que des OGM interdits sont présents dans les produits qu?ils consomment au quotidien !

Pour fournir aux citoyens une information transparente, Greenpeace édite, depuis 1998, son Guide des produits avec ou sans OGM, qui classe les marques* selon trois catégories : vert, orange ou rouge.

Pour l?instant, les OGM pénètrent dans la chaîne alimentaire à l?insu des consommateurs et malgré leur opposition. 80 % des plantes transgéniques cultivées dans le monde servent à nourrir les animaux d?élevage à partir desquels on fabrique des produits : laitages, charcuterie ou plats cuisinés. Dans ce cas, la réglementation européenne n?impose aucun étiquetage, privant ainsi les citoyens de repères. « Avec ce Guide, nous voulons offrir à tous un moyen simple de ne pas consommer des produits dont la fabrication peut avoir fait intervenir des OGM, souligne Arnaud Apoteker, responsable de la campagne OGM de Greenpeace France. Le pouvoir est dans le caddie ! En privilégiant les produits classés en vert, les consommateurs font pression sur les industriels. Ils protègent à coup sûr leur santé et ils agissent concrètement pour barrer la route aux OGM et préserver l?environnement. »L?édition 2006 du Guide comporte bien des nouveautés. Le format, d?abord. Il se présente sous la forme d?un petit calepin coloré, qu?on glisse dans sa poche pour le consulter en faisant ses courses. Il est organisé en rubriques signalées par des onglets qui correspondent aux rayons des magasins. Bonne nouvelle au rayon fromages : Comté, Laguiole, Rocamadour? les fromages d?appellation d?origine contrôlée (AOC) sont aujourd?hui élaborés sans aucune utilisation d?OGM. De quoi satisfaire les 85 % de Français qui souhaitent que les labels de qualité (Label rouge, AOC et bio) soient sans OGM**. Pour l?instant, seul le label Bio (AB) est dans ce cas. En feuilletant ce Guide, on apprend, par exemple, que seul Heinz Frozen and Chilled foods garantit que ses petits pots pour bébé sont élaborés sans OGM. Bonduelle fait de même pour ses poêlées, ainsi que Barilla pour ses pâtes aux ?ufs (contrairement à son concurrent Panzani). Bravo aussi à la filière qualité Carrefour (FQC), dont la charte exclut les OGM depuis 1991. Dommage pour les gourmands : rares sont les biscuits et autres confiseries à bannir les OGM. Ceux qui se soucient de leur ligne ne sont guère mieux lotis : rien ne garantit que les OGM ne sont pas utilisés dans l?élaboration des produits diététiques Weight watchers, Slim fast, Distriborg ou Gerlinéa. Concernant les produits laitiers, c?est pareil. Lactalis, Nestlé, Yoplait ou Danone : pas une marque pour rattraper les autres.

Ce Guide est édité à 300 000 exemplaires, consultable sur www.detectivesOGM.org (bientôt en version imprimable) ou envoyé par courrier sur demande (accompagnée d?une enveloppe timbrée).

Voir le Guide (format PDF). Version imprimable disponible prochainement.

* Environ 80 000 produits alimentaires sont commercialisés en France. Greenpeace ne répertorie que les plus connus.
** Sondage BVA/Agir pour l?environnement, janvier 2006.

Source : Greenpeace

Commentaires fermés