Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Agriculture Biologique » Les engrais naturels remis en cause ?

Éric Petiot produit des engrais naturels pour divers types de plantations à Crozet (Ain), il organise aussi des stages pour les amateurs ou les professionnels sur le sujet des engrais naturels et sains. Il est l’auteur d’un livre « Purin d’orties » qui est devenu un best-seller dans le petit milieu des amateurs d’agriculture biologique. Ce n’est donc pas un dangereux délinquant. Pourtant vendredi dernier, deux spécialistes de l’inspection nationale des enquêtes de la concurrence et de la répression des fraudes et du service régional de la protection des végétaux sont venus inspecter ces activités.

Selon les déclarations d’Eric Petiot au journal Le Progrès, « les enquêteurs n’étaient visiblement pas venus pour mes produits. Par contre, ils ont consulté le programme de mes stages. Sur les 70 pages qui en résumaient un, ils m’ont expliqué que la moitié d’entre elles ne pouvaient être communiquées, lues ou imprimées. »

La faute à un décret du 1er juillet dernier qui interdit tout enseignement ou communication sur des produits naturels en jardin « non homologués ». Pour pouvoir situer la hauteur de l’infraction d’Eric Petiot, les inspecteurs ont passé toute la journée à saisir les données informatiques de son ordinateur, son bilan, mais aussi les numéros d’un brevet qu’il a déposé traitant de la perfusion pour les arbres. Les dates des stages, passés et à venir, ont été enregistrées. Bref, une véritable descente que l’entrepreneur a du mal à encaisser.

Comme l’a bien résumé Olivier Roy, journaliste au Progrès, « le nouveau décret du 1er juillet 2006 interdit donc de donner des recettes pourtant bien ancrées dans la mémoire collective, qui fleurissent chaque hiver dans tous les almanachs, calendriers des postes où revues spécialisées depuis des lustres. Comme la recette de l’extrait d’ortie (les feuilles sont mélangées à l’eau pendant quinze jours) qui est reconnu comme un engrais vert exceptionnel, jusqu’à être surnommé « l’or vert ».
Il est proscrit également, d’expliquer que de simples feuilles de fougères éloignent les chenilles des choux.
Tout aussi risqué de glisser en public que l’eau bouillante est une solution économique et propre pour désherber les jointures d’un carrelage de piscine.

Source : Novopress

Commentaires fermés