Accueil    |    Contact

Accueil » Agriculture Biologique » Monsanto : énorme bug en Afrique du Sud

OGM j'en veux pasLes agriculteurs d’Afrique du Sud viennent de subir des millions de dollars de perte de revenu à cause de 82.000 hectares de maïs génétiquement modifiés Monsanto qui sont à jeter puisqu’ils ne produisent pas de graines. Monsanto a offert une indemnisation, mais certaines fermes ont subi jusqu’à 80% de mauvaises récoltes.

Monsanto se doit de constater l’échec de trois variétés de maïs semés sur des fermes dans trois provinces d’Afrique du Sud. Au moins 280 des 1000 agriculteurs qui ont semé ces trois variétés de maïs de Monsanto, cette année, ont signalé de gros problèmes de graines. Les trois variétés de maïs incriminées ont été conçus pour résister aux herbicides, et ont été manipulés de manière à augmenter les rendements par hectare.

Marian Mayet, directrice du Centre Africain sur la Biosécurité (Johannesburg), a demandé en urgence une enquête indépendante et une interdiction immédiate de tous les aliments génétiquement modifiés. Elle insiste sur le fait que depuis des années elle a mis en garde tout un chacun, en disant qu’un jour il y aurait des problèmes avec Monsanto.

Willem Pelser, journaliste, écrit que Monsanto a immédiatement offert une compensation aux agriculteurs dans les trois provinces. Les dommages sont pris en charge par la coopérative agricole, Grain-SA. Monsanto affirme que "moins de 25%" des trois variétés de maïs concernés ont été "insuffisamment fécondés en laboratoire". Monsanto parle d’une erreur dans le laboratoire, mais comment peut-on faire une "erreur" avec trois variétés de maïs ?!

La porte-parole locale de Monsanto a déclaré que la "société s’engage à déterminer l’étendue exacte des dommages sur les exploitations agricoles". Elle n’a fait aucun commentaire sur l’ampleur des pertes financières subies à ce jour. Le directeur général de Monsanto en Afrique, Kobus Lindeque, a déclaré toutefois que "moins de 25% des exploitations agricoles liées à Monsanto sont impliquées dans la perte". Il dit qu’il y aura "un examen des méthodes de production de semences des variétés en cause dans l’échec, afin de faire les ajustements nécessaires." Il nie que le problème peut être dû aux "bio-technologies" et préfère parler d’une insuffisance de la fertilisation du processus de production de semences".

L’Afrique du Sud a été parmi les premiers pays autres que les États-Unis à commencer à utiliser les produits Monsanto. C’était facile puisque le gouvernement sud-africain n’a pas imposé d’étiquetage des aliments génétiquement modifiés ! Il faut aussi savoir que le maïs est le principal aliment de base pour l’Afrique du Sud qui compte 48 millions de personnes…

Commentaires fermés