Accueil    |    Contact

Accueil » Energie / Habitation » La tour Praetorium : premier immeuble HQE à La Défense

Tour PraetoriumLa tour Praetorium est le premier bâtiment du plan de renouveau de La Défense, qui répond aux critères de Haute Qualité Environnementale (HQE). D’aillleurs, faisant moins de 30 m de haut, il s’agit plus d’un immeuble que d’une tour.

Inaugurée il y a un mois, cette construction architecturale de 7 étages, œuvre de Robert Lewis Turner, en collaboration avec le cabinet Arte Charpentier, se cache entre les tours Dexia, Logica et AIG dans un secteur très dense. Elle abrite donc des bureaux sur 10 100 m².

Le principe a été d’optimiser les économies d’énergies tout en utilisant des matériaux recyclables : structure en acier plutôt qu’en béton, installation de sondes dans les faux-plafonds pour assurer un équilibre entre l’apport de lumière naturel et artificiel.

La consommation d’énergie électrique de Praetorium est limitée à 60 Kwh/m²/an, soit le tiers d’un immeuble tertiaire classique. Le système d’alimentation de la climatisation vient de la Seine, des lampes basse consommation sont utilisées, stores automatiques en fonction de la luminosité… Et la cerise sur le gâteau, c’est une ruche installée sur la toiture arborée de graminées : pas sûr que le miel soit bien écolo compte tenu de la pollution, mais c’est bon pour la communication !

Billets relatifs

2 Commentaires

  1. baloo dit :

    Il existe 13 critères pour définir un immeuble HQE…Et il suffit de remplir 3 critères pour en avoir l’estampille !
    Je suppose qu’on a encore affaire à un immeuble "logoté" HQE qui n’a satisfait qu’à 3 critères !
    A quand une vraie règlementation en la matière : ya t il un toit en photovoltaique, quel système d’eau, comment ont-il résolu l’empreinte que laisse un système de climatisation pour un tel volume.
    C’est bien, mais il ne faut pas trop se réjouir…

  2. DERVIN Alain dit :

    Contrairement à vos affirmations le miel parisien est moins pollué que les miels de la campagne en raison de l’absence de pesticides
    Le choix de plantes mellifères favorisera la production de miel
    Nous estimons une 1ere récolte d’environ 45 à 50 kgs dans le courant de l’année 2010
    Il s’agit ici d’un vraie démarche environnementale