Accueil    |    Contact

Accueil » Energie / Habitation » Démission forcée de la directrice de l’Agence Internationale des Energies Renouvelables

Hélène PelosseL’Agence Internationale des Energies Renouvelables (Irena), créée il y a 2 ans et dont le siège est situé aux Emirats Arabes Unis, enregistre la démission de sa directrice générale, Hélène Pelosse, "parce que les autorités du pays siège de l’Agence, les Emirats Arabes Unis ont demandé à la France de me faire démissionner et que l’on m’a contrainte à écrire une lettre de démission"

C’est ce qu’explique cette haute fonctionnaire, ancienne directrice adjointe du cabinet du Ministre de l’Environnement, Jean-Louis Borloo, dans une interview au journal Le Monde daté de samedi 30 octobre 2010.

Elle dénonce l’achat, il y a 2 ans, par les Emirats Arabes Unis, des voix des pays en développement pour obtenir le siège de l’Agence. Les pressions maintenant exercées pour obtenir le poste de direction mettent en péril l’indépendance de l’Agence. Elle raconte également, en termes diplomatiques, les "incidents de sécurité" dont elle est l’objet depuis son installation (fouilles, disparition de son passeport, intrusions à son domicile, interceptions de mails…) ! De la même façon, les fonctionnaires internationaux qui y travaillent ne bénéficient pas de l’immunité à laquelle leur statut les soumet normalement : rappelons que les Emirats sont loin d’être un modèle de démocratie…

Selon elle, de nombreux pays (Etats-Unis, Japon, Australie) n’ont aucun intérêt à voir l’Irena bien fonctionner, contrairement aux pays européens qui la soutiennent : conflits d’intérêts entretenus par les lobbies des énergies fossiles et du nucléaire.

Hélène Pelosse garde espoir pour plusieurs raisons : la Chine a tellement besoin d’énergie "qu’elle ne pourra pas se développer sans les énergies renouvelables" ; d’autre part "le potentiel des énergies renouvelables est beaucoup plus important que ce que l’on pense communément. Obtenir 80 % ou 100 % d’énergies renouvelables est à terme possible. C’est un véritable changement de paradigme. Mais beaucoup de gens ne veulent pas en entendre parler"…

Billets relatifs

2 Commentaires

  1. jeandb dit :

    Le développement des énergies renouvelables est plus important qu’on veut nous le laisser croire en enfermant les énergies renouvelables dans la marginalité des particuliers qui captent le soleil sur le toit de leurs maisons.

    En particulier on ne parle par assez de l’énergie renouvelable de la micro hydraulique qui pourrait exploser en développement si on l’associait à la gestion globale de l’eau qui est un autre priorité climatique de la planète.
    Il faut que les bandits manchots qui monopolisent les marchés de l’eau et des énergies centralisés arrêtent de croire à leur toute puissance ….

  2. Philippe Z dit :

    La seule recherche du profit immédiat dirige ce monde qui est en totale déperdition. Malheureusement, le réchauffement climatique dû à l’utilisation des énergies fossiles n’est pas près de s’arrêter car le monde est gouverné par des gens égoïstes et cupides. Alors que les signes manifestes du dérèglement climatique sont tristement constatés partout dans le monde, des rapports de forces se manifestent entre ces puissants pour se partager les territoires aux pôles dont la fonte donne accès à de futurs gisements pétroliers ! Les démocraties sont en fait de monstrueuses ploutocraties.
    Alors que l’utilisation des énergies fossiles devrait être bannie de toute urgence, il n’en sera rien.
    C’est bien triste, mais nous devons tous réagir individuellement et nous opposer par une attitude responsable. L’utilisation des EnR en est une, même à contre-courant de tout ce qui peut être dit et conseillé par ces soit disant sachant. En décentralisant la production énergétique par l’utilisation responsable des EnR, nous agissons pour notre planète et les générations futures. Sans aucune prétention, je pense sincèrement ce que je viens de vous écrire en qualité d’ingénieur, expert en rénovation énergétique et diagnostiqueur immobilier.
    A chacun sa conscience