Accueil    |    Contact

Accueil » Environnement » 11ème Semaine pour les alternatives aux pesticides !

semaine-pesticidesDu 20 au 30 mars 2016, c’est la 11ème Semaine pour les alternatives aux pesticides ! Opération de communication ou réalité ? On peut véritablement douter de la bonne foi de cette initiative puisque depuis 2008 et les engagements du « Grenelle de l’environnement », l’usage des pesticides en France n’a pas diminué, mais au contraire, on a enregistré une nouvelle hausse de l’usage des phytosanitaires – les pesticides – sur le territoire national en 2014 : + 9,4 % par rapport à 2013, qui enregistrait déjà une augmentation de 9 % par rapport à 2012 !

Le glyphosate toujours en jardinerie

Les 7 et 8 mars 2016, la Commission européenne pensait faire adopter par les Etats membres, le renouvellement de l’autorisation du glyphosate qui expire fin juin 2016 en Europe. Des experts de pays membres ont avancé les risques de cancer sur l’homme que pouvait provoquer ce désherbant. Du coup, le vote a été annulé pour laisser le temps de faire de nouvelles investigations sur ce sujet d’ici fin 2017. A ce moment là, si l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) aboutit à la dangerosité du principe actif du Roundup de Monsanto, le glyphosate pourrait alors être interdit en Europe.

En attendant, le produit « probable cancérogène pour l’homme » (selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) auprès de l’OMS), continuera juqu’en 2018 à être vendu en jardineries et utilisé pour éviter les herbes dans les allées et au jardin… Quand on connait la rémanence du produit et ses risques pour la santé des hommes !

Que propose la Semaine pour les alternatives aux pesticides ?

Cette Semaine pour les alternatives aux pesticides a pour but de sensibiliser le public aux enjeux sanitaires et environnementaux qui découlent des pesticides et à initier la population aux alternatives qui existent à ces produits phytosanitaires, via des manifestations partout en France et dans 15 autres pays.

Oui, la société civile ne veut pas être tenue à l’écart du dossier des pesticides, mais comment adhérer à cela lorsqu’en parallèle les pouvoirs publics font tout pour laisser en rayon ces poisons environnementaux ?

Tout cela manque un peu de cohérence…

 

Commentaires fermés