Visitez notre nouveau site : Autourdubio.com

Accueil » Ecologie, Environnement » Armes chimiques sous la mer : mardi 25 février à 20h50 sur Arte

armes-chimiques-merArte mène des enquêtes sur des sujets environnementaux en s’attachant à essayer de dessiner des solutions pour remédier à ces catastrophes plutôt que de les filmer avec un fatalisme désespéré. Peut-être vous souvenez-vous des reportages « Le sable, enquête sur une disparition » ou « Planète alu » produits par l’unité société et culture d’Arte ? Mardi 25 février à 20h50, Arte diffusera un documentaire de 90 mn, en prime time, à 20h50 consacré aux armes chimiques immergées au fond des océans : « Armes chimiques sous la mer« .

Armes chimiques sous la mer

Cette enquête met en lumière un véritable scandale militaire issu des deux guerres mondiales, qui est devenu une menace pour l’homme et pour l’environnement sans précédent.

Pas facile d’enquêter sur un sujet comme cela protégé par le sacro-saint « secret défense », mais on estime à plus d’un million et demi de tonnes d’armes chimiques qui gisent dans les fonds marins de la planète. De quels produits toxiques s’agit-il ? Gaz moutarde, gaz sarin, arsenic, notamment. Des poissons qui s’échappent petit à petit des fûts attaqués par la corrosion provoquant des fuites irrémédiables.
En 1945, à la fin de la seconde guerre mondiale, les Alliés décident lors de la conférence de Potsdam de rassembler l’ensemble des armes chimiques des belligérants pour les jeter en mer Baltique, dans l’Atlantique Nord, dans l’Adriatique, dans la Méditerranée (près de Saint-Tropez !), au large du Japon et des États-Unis, ainsi que dans l’océan Indien.

Des décharges sous-marines explosives

Avec les préoccupations environnementales qui prennent de plus en plus d’ampleur, des citoyens des différents pays concernés ont voulu en savoir plus : ainsi, ils ont obtenu la déclassification de certains documents et pu mener des recherches indépendantes. Il faut d’abord localiser puis éliminer ces décharges qui sont des bombes à retardement. Malheureusement, la tâche est titanesque car les archives sont imprécises ou cachées, le nettoyage est très cher et l’image peu reluisante qui en ressort est négative pour le tourisme et les activités de pêche. On comprend donc vite que les États tentent d’écarter le sujet… Mais heureusement, des scientifiques ont saisi l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques : on peut donc espérer que les choses avancent.

Ce documentaire de Bob Coen, Eric Nadler et Nicolas Koutsikas a demandé 3 ans d’enquête, et le résultat est passionnant : interviews, images d’archives, détermination des zones à risque et présentation des solutions coûteuses mais réelles qui existent pour nettoyer ces décharges, si les Etats le décident.

Commentaires fermés